serge-nedjar

Serge Nedjar : « La direction de la chaîne et de l’éditorial c’est une seule et même personne et c’est moi »

Jour après jour, les salariés d’iTélé sont face au mur de l’absurde.

Alors que cela semblait être une concession de la part du directeur de la chaîne, Serge Nedjar, il apparaît désormais qu’il n’est même plus question de nommer un directeur de la rédaction d’ici quelques semaines. Celui qui avait déclaré « Il n’y aura rien à discuter car vous ferez ce qu’on vous dit de faire », continue sur sa lancée.

Nedjar a et gardera sa double casquette.

Nedjar ne lâche rien, et face à ce comportement, en interne, on redoute de très nombreux départs. « Ne resterons que les plus corvéables », lâche un salarié, « la qualité première recherchée par Bolloré ».

En réalité, après QUATRE semaines d’une grève difficile, les seules choses qu’auront obtenues les salariés, c’est d’avoir le droit de ne pas collaborer directement avec Jean-Marc Morandini… et un chèque pour partir.

Amer, un autre salarié n’en peux plus : « Je suis triste de réaliser que ces dingues vont nous avoir à l’usure. En n’ayant rien lâché. »

Car Serge Nedjar, ce mercredi matin, devant les salariés, a été très clair.

Lorsqu’un salarié demande s’il va nommer un directeur de la rédaction afin de préserver l’indépendance vis-à-vis de l’actionnaire, la réponse ne se fait pas attendre : « Non, je suis les deux » rétorque Serge Nedjar.

Pas de distinguo business/contenu

La suite de l’échange est du même acabit:

Un journaliste : « Pourquoi vous ne voulez pas distinguer le business du contenu ? »
Serge Nedjar : « Ce qu’on fait c’est du contenu. Ensuite la responsabilité au dessus c’est de faire en sorte que la chaîne perdure. »
Ce même journaliste : « Le distinguo business/contenu disparaît si vous allez déjeuner avec les annonceurs. »
Un autre journaliste : « C’est ce qu’on appelle un conflit d’intérêts. Ça n’existe pas ailleurs. »
Serge Nedjar : « La chose ne se discute même pas : la direction de la chaîne et la direction de l’éditorial c’est une seule et même personne et c’est moi »