Now Reading
Luc Bronner, directeur de la rédaction du « Monde » : « Aller sur CNEWS, c’est non. Cette chaîne ne fait pas son travail : elle est problématique dans sa façon de couvrir une partie de l’actualité. »

Luc Bronner, directeur de la rédaction du « Monde » : « Aller sur CNEWS, c’est non. Cette chaîne ne fait pas son travail : elle est problématique dans sa façon de couvrir une partie de l’actualité. »

Avatar
CNEWS : cette chaîne ne fait pas son travail, et je pense que cette chaîne, en allant un peu plus loin, est problématique dans sa façon de couvrir une partie de l'actualité

Luc Bronner, directeur de la rédaction du journal Le Monde était en direct et en vidéo pour répondre aux questions des lecteurs, ce jeudi 17 décembre. Il  y a vivement critiqué la chaîne d’infos CNEWS.

Après cinq années passées à la tête de la rédaction, Luc Bronner a décidé de passer le relais et cédera sa place à Caroline Monnot fin 2020 pour rejoindre les grands reporters du Monde.

Question de l’internaute Quentin VDG : « Quel regard portez-vous sur les chaînes d’info en continu, qui relaient parfois de fausses informations ou donnent la parole à des experts autoproclamés ? Avez-vous peur pour l’avenir de la presse? »

Réponse de Luc Bronner :

«J’ai un regard très dur sur les chaînes d’infos, notamment celles qui prospèrent sur un modèle low-cost qui est un modèle de débats, avec en général les gens les plus extrémistes, les plus polémistes qui vont faire du buzz et qui du coup alimentent cette machine médiatique qui pour moi est assez insupportable. D’abord on a une consigne interne, qui n’est pas une obligation parce que l’on ne peut pas « interdire », mais qui est de ne pas aller sur ces plateaux-là. À titre personnel, aller sur CNEWS, c’est « non ». Je pense que cette chaîne ne fait pas son travail, et je pense que cette chaîne, en allant un peu plus loin, est problématique dans sa façon de couvrir une partie de l’actualité. »

CNEWS ne fait pas son travail, elle est problématique dans sa façon de couvrir une partie de l’actualité

Il poursuit :

« J’ai une position personnelle qui est très dure parce que je pense que dans le moment dans lequel on vit, alimenter des haines, alimenter des tensions, alimenter le simplisme, la polémique, cela a des effets dans le fonctionnement démocratique et cela a des effets, dans certains cas, assez graves. Ça ne veut pas dire que tout le monde dans les chaînes d’information fait mal son travail. Je pense que dans les différentes chaînes d’information il y en a certaines qui s’en sortent mieux que d’autres, qui ont choisi des modèles où il y a encore du reportage, de l’information. Mais tous ces débats à la journée où viennent des Zemmour, viennent par exemple des journalistes de Valeurs Actuelles on en parlait entre nous avant de commencer la discussion, moi je pense que cela n’a pas d’intérêt pour des journalistes du Monde d’y être présents, et que ça abîme la discussion, ça ne rend pas possible une discussion intéressante, donc c’est vrai que je suis partisan de ne pas y aller. Ce qui fait que j’ai un regard très dur. Après, je renvoie aussi les gens à leur propre décision individuelle. Il y a une solution très simple pour s’en protéger, c’est de ne pas les regarder. »

Pour une raison inconnue, la vidéo de cette session n’est plus visible sur le site du Monde, mais l’Observatoire des Médias sait sauvegarder une vidéo :

 

Mise à jour du 18 décembre 23h : La video de l’intégralité de la discussion est de nouveau accessible sur la chaîne YouTube du journal, ici.

View Comments (4)
  • Mon pauvre Mr Bronner, vous êtes très très étroit d’esprit…votre profession aurait dû vous faire découvrir un « monde » plus ouvert aussi bien dans la vie de tous les jours que politiquement ! Cela vous gêne de constater l’audimat de C CNEWS ?

    • Ça fait rager les supporters du petit goebbels, les zemmouriens, la moindre critique, ici argumentée, contre la tv de bolloré. Personne ne vous empêche de vous abrutir.
      Quant à l’ouverture d’esprit, comment dire, vous avez fait rire

  • Quand on n’aime pas, on accuse de tous les maux. Le Monde, du haut de sa notoriété perdue depuis longtemps, se complaît dans des postures coupées de la réalité: articles à n’en plus finir sur violences policières, admiration sans borne pour les Traoré, défense inconditionnelle des migrants, etc… Aucun questionnement sur l’immigration, sur l’insécurité au quotidien, sur les banlieues devenues des zones de non-droit. Au lieu de discuter de ces sujets, M. Bronner propose de les ignorer. Sa déontologie est une censure déguisée.

  • Luc Bronner,, ce pourrait être drôle si vous n’étiez pas le rédacteur en chef du journal Le Monde qui de la référence journalistique est devenu la référence du Politiquement Correct à la naphtaline .
    Vous vous frappez dans votre bienpensance en méprisant vos confères qui sont plus brillants que vous . Le Monde respire l’ennui de nous dire ce qui est bien et pas bien.
    Depuis longtemps je ne le lis plus et je m’en porte mieux . Et oui , CNEWS, Valeurs Actuelles, Causeur. Onfray et autres vous ont enterrés car eux sont vivants, ouverts. Il y a des débats, des idées vivantes, tout ce qui a disparu de votre rédaction mortifère et aseptisée. Bonne retraite .

Laisser un commentaire

elementum quis libero Aenean porta. vel, nunc