NewsPass, l’arme de Google pour faire payer l’info

Scoop de Repubblica, qui annonce être partenaire de Google pour le lancement de Newspass d’ici la fin de l’année, une plateforme destinée à faire se rencontrer éditeurs et internautes autour des contenus payants de Google News (tout ou partie, c’est pas encore très clair…).

Le système de micro-paiements sera bien sûr Google Checkout (voir ici, même si Google semble disponible à accepter d’autres méthodes de paiement choisies par les propriétaires des sites), et les éditeurs pourront monétiser leurs contenus (articles, vidéos, audio, photos, etc.) aussi bien pour le Web que pour les mobiles, les tablettes ou les e-books, etc.

La plateforme Newspass serait déjà en phase de test et, selon Repubblica, Google serait en train de contacter les éditeurs pour voir s’ils sont disponibles pour participer à la phase d’expérimentation.

Selon ce blog, l’offre ne serait pas réservée qu’aux journaux traditionnels, mais également aux pure players et, pourquoi pas, aux blogs qui le souhaiteraient. Ceci dit, à l’heure où s’annonce la concurrence des fermes de contenus, je me demande quelle sera la viabilité financière d’une telle offre.

Qui semble arriver après des années de lutte entre éditeurs de contenu et Google, un peu dans tous les pays…

L’article laisse également filtrer que Google indexe déjà les contenus derrière paywall et que Newspass permettrait à l’internaute d’acheter l’article ou le clip voulu en un clic, via son compte Google. Les contenus payants apparaîtront également dans les pages de résultats de Google, signalés avec un symbole Checkout (je suppose) ou autre.

En outre, toujours dans le souci de transparence que Google veut mettre en avant pour écarter d’ores et déjà les objections sur sa position dominante, la société de Moutain View accepterait de partager avec les participants au système toutes les informations découlant de l’utilisation de Newspass (stats de fréquentation et, selon Repubblica, profil des utilisateurs).

Gageons donc qu’il sera bientôt fortement question de la confidentialité des données, autre bataille à venir…

Enfin, en supposant que les coûts de la plateforme seront pris en charge par Google, la société laisserait entendre qu’au niveau du partage des revenus, la part la plus importante irait aux producteurs des contenus.

Dans une interview à Krishna Bharat, le créateur du service Google News déclare :

Google veut devenir une media company, nous ne serons jamais éditeur, notre réussite est aussi celle des éditeurs, nous voulons juste être un intermédiaire de confiance entre les lecteurs et les producteurs de contenus.

Et d’ajouter que ce n’est pas la fin du tout gratuit, mais plutôt l’émergence d’un modèle hybride, où tout ce qui peut être unique, exclusif, à forte valeur ajoutée, peut sortir du lot et être monétisé en tant que tel.
Liens connexes en anglais :

P.S. Au-delà du seul aspect « News », cette stratégie du single sign-on déployée par Google pourrait mettre le moteur en position de force, puisque potentiellement tous les abonnés aux services de Google pourront utiliser ce système d’authorisation unique (Google Checkout) pour le micro-paiement du téléchargement à la carte de films, de livres, de logiciels, de musique, etc. etc.

Alors, après moteur du Web, Google banque du Web ?

Ce billet a été publié à l’origine sur Adscriptor par Jean-Marie Le Ray sous le titre « Google teste Newspass« . Publié ici avec l’accord de l’auteur.

A lire aussi, sur la stratégie actuelle de Yahoo : « Yahoo signals major challenge to newspapers » chez Reflections of a Newsosaur.

30 Comments

Post a Comment

ut ut libero dictum felis amet, dolor. efficitur. mi,