Libération gratuit aujourd’hui

Dans le Libération de jeudi, un à découper, et aussi en Une du site un bon à imprimer, pour pouvoir obtenir son exemplaire gratuit, ce vendredi 11 avril.

[kml_flashembed movie= »http://www.observatoiredesmedias.com/imagesarticles/liberation-gratuit.swf » height= »300″ width= »400″ /]

Un slogan intéressant : « Le 11 avril, Libération est gratuit. Lisez-le, vous comprendrez pourquoi il est payant ».

Un slogan tellement intéressant que il serait bien qu’il se passe quelque chose de formidable dans l’actualité de ce jour! Faudrait-il que le Libé de demain soit meilleur que les autres jours, ou alors juste comme d’habitude? :-)

Fort pari en tous les cas: 500 000 exemplaires vont être mis en vente.

Le blog média de Télé7Jours parle de l’évènement, et les commentateurs éclairés s’en donnent, comme d’habitude à coeur joie :

j’ai retenu :

Cette histoire de coupons rappelle un peu l’initiative du site Mediapart qui promettait à de multiples reprises un cadeau a ses futurs abonnés.
Le cadeau c’était que Mediapart permette à ses abonnés de leur transmettre les coordonnées de personnes susceptibles d’être interessées par leur site de façon à ce qu ils puissent acceder à quelques numéros gratuitement.
En d’autres termes, le cadeau c’était de bénévolement leur trouver de nouveaux lecteurs!

mais on trouve aussi :

Très bon plan de communication avec ce slogan : Libé gratuit, vous allez comprendre pourquoi il est payant. » Ce qui est vrai pour Libé, l’est également pour les quotidiens nationaux tels que Le Monde, Le Figaro et d’une certaine « manière » Le Parisien. Les papiers de fond vous ne les trouverez jamais dans les gratuits !

alors du coup, la communauté se donne des coups de main :

j’ai entendu sur la radio que les coupons peuvent être téléchargés sur leur site !!!

En effet, une campagne de publicité radio (agence Deepblue) a démarré mercredi 9 avec le slogan « Le 11 avril, Libération est gratuit. Lisez-le, vous comprendrez pourquoi il est payant ». Elle est diffusée sur Europe 1 et RFM, Chérie FM, RTL2, Nostalgie, NRJ, Fun Radio et des radios dites indépendantes.

Voici les deux spots :

[audio:Liberation-gratuit-1.mp3]

[audio:Liberation-gratuit-2.mp3]

Pour la direction de Libération, il s’agit de « reconquérir d’anciens lecteurs et de faire découvrir la nouvelle formule à tous ceux qui ne seraient pas familiers du titre« .

Denis Pierrard sur  France Inter ce vendredi matin : [audio:denis-pierrard-france-inter.mp3]

page-metro.jpgUne publicité de Libération publiée jeudi dans le gratuit Metro, a provoqué des débats au sein de la rédaction de ce dernier, certains journalistes étant piqués au vif par le slogan de leur concurrent payant, explique la présidente du comité éditorial de Metro, Caroline Brun.

Cliquez pour voir en grand l'éditoCe slogan, les journalistes de Metro ne l’ont pas trouvé drôle », mais l’ont plutôt pris comme « une grande claque, pas très confraternelle », indique Mme Brun dans un billet publié juste au-dessus de la publicité.

La conférence de rédaction du quotidien gratuit « très animée » a donné lieu à de vifs débat sur la question de savoir si Metro devait ou non accepter cette publicité, explique-t-elle.

« Quelle reconnaissance pour Metro au contraire. Que Libé fasse sa pub chez nous, en soulignant l’avantage comparatif, façon campagne Leclerc, c’est la gloire », juge au contraire Mme Brun, qui conclut en souhaitant « longue vie à Libé ».

« Pour nous, cette publicité est un clin d’oeil. Nous croyons que la presse gratuite et la presse payante ont chacune leur place, chacune leur type de produit », a expliqué à l’AFP le directeur général de Libération, Denis Pierrard.

Souhaitons à Libé un successful friday.

12 Comments

  • Marshka
    10 avril 2008

    Une bonne idée à priori, reste effectivement à Libé à démontrer qu’un contenu payant a de la valeur en terme de journalisme (vraie investigation, bonnes sources etc)…

  • Nicolas Kayser-Bril
    11 avril 2008

    J’avais vu les chiffres de circu du Eastern Daily Press, un quotidien régional anglais qui avait tenté de se relancer avec des numéros gratuits. Résultat: rien. Quid de Libé?

  • FPM
    11 avril 2008

    Après lecture de ce numéro gratuit, j’ai quelques doutes. L’accroche éditoriale est faible (chine-Tibet, mais pas d’actu chaude), le mouvement lycéen traité par des portraits d’ados, Hollande-Royal, … je fatigue déjà !

    Par contre, grosse rentrée de pubs : 15 pleines pages ! le service pub n’a pas chômé.

  • zazou
    11 avril 2008

    Super opération de communication. Mais alors de deux choses l’une : soit je ne lis pas assez la presse, soit j’ai du mal à comprendre les informations données à la télévision! Car curieusement, encore Laurent Joffrin ce matin dans la matinale de canal + n’en a pas fait mention, je n’ai jamais entendu parler de cette histoire de coupon. mendier un journal d’habitude payant, je me suis vue répondre par le vendeur, qu’il fallait un bon pour avoir le journal. Bonjour la honte, et pour le coup, je me suis vraiment trouvée idiote. Je me suis alors posée la question : comment font ceux qui n’ont pas internet? Ou ceux qui ont internet mais pas d’imprimante? Ou alors, ceux qui ne lisent pas libé habituellement (et manifestement le but de l’opération est d’apporter de nouveaux lecteurs, n’est ce pas?), pour disposer du fameux bon qui vous gratifiera d’obtenir le fameux libé gratuit. Alors sincèrement, rien que pour cette mauvaise fausse communication censée amener de nouveaux lecteurs, je souhaite que cette opération soit un total échec, et que les kiosques soient remplis d’exemplaires que les gens n’ont pas réussi à avoir faute de bon d’échange à présenter. La prochaine fois, il faudra savoir utiliser à bon escient les moyens de communications.

  • FPM
    11 avril 2008

    Effectivement, je m’explique mal l’intérêt des « coupons ». Existe-t-il une contrainte juridique qui oblige à remettre qq chose contre le journal ? Car, vu que l’on peut imprimer les coupons, ce n’est pas dans une optique de tracking marketing qu’ils ont été conçus. Et c’est une gêne pour l’acquéreur.

  • George's
    12 avril 2008

    Des coupons… En voilà une bonne idée ! En 2008, il existe encore un patron de presse français qui a l’idée de vendre un canard contre des tickets de rationnement.
    Allez, deux pistes pour booster ses ventes:
    – rétablir l’enquête dans ses pages. Libé est inintéressant au possible, ne contenant aucune information exclusive, aucune plus-value journalistique. Son chemin de fer est dicté par la com’ (des politiques, des entreprises, des ONG…) et par les dépeches AFP, réécrites avec plus ou moins de talent.
    – Définir un vrai business model avec son site. le Print et le Web ne présentent aucune complémentarité, ça en est affligeant.
    Seule point positif sur leur site, la grande qualité de certains blogs de journalistes, dont on se prend à se demander pourquoi diable certains billets ne sont pas édités sur le papier…

  • Bonjour…

    Je n’ai pas lu cette édition gratuite de LIBERATION…

    Cependant, même si j’ai trouvé l’initiative intéressante, je me demande :
    – comment la presse gratuite, peut-être le « complément » de la presse payante ?
    – à l’heure où un plan social sévère est entrain de se faire au MONDE, comment faire en sorte que la presse payante puisse être rentable et gagner une part de lectorat ?

    Les médias écrits, ne souffrent-ils pas de la place prise par les télévisions ?
    Les Français, ne sont-ils pas, par rapport aux citoyens d’autres pays, les plus mauvais lecteurs ?

    Puis, les journaux, magazines, sont, pour beaucoup de gens, réputés « trop chers » : ne faudrait-il pas baisser leurs prix ?

    Ensuite, ne faudrait-il pas libéraliser encore plus la distribution des journaux, lorsqu’on sait que les deux principaux distributeurs (NNPP et MLP) détiennent le monopole de la distribution en kiosque ?

    Pour conclure, quelle politique globale faut-il entreprendre pour aider la presse écrite en crise ?

  • Sarah bennaoui
    26 février 2010

    Les boulettes c’est gras mais ça n’est pas le dernier

Post a Comment

eget sem, vel, venenatis, eleifend Phasellus massa vulputate, nec diam