Catégorie : Personnalités

Êtes-vous allés voir ‘Fin de concession’ de Pierre Carles?

Pas moi.

Pas encore.

Mais j’ai vraiment envie de le voir.

Pour préparer votre séance, quelques éléments, « l’interview de Pierre Carles façon PPDA » réalisée par Bakchich :

Pierre Carles refusant toute interview, Bakchich a trouvé… un plan B : assister au débat sur « Fin de concession », avec son réalisateur, à Vassivière (dans le Limousin). Et reposer à sa sauce les questions des spectateurs, à la manière de Patrick Poivre d’Arvor (PPDA). En 1991, l’ex star du Journal Télévisé de TF1 avait ainsi réalisé une fausse interview de Fidel Castro. [A l’époque, c’était d’ailleurs Pierre Carles qui avait mis le doigt sur la nature, fausse, de l’interview]

 

et aussi la revue, éditée à 50 000 exemplaires par Shellac (Marseille, Thomas Ordonneau). Coordonnée par Mélanie Vincent. Conçue et réalisée par Philippe Person :

 


Vous pouvez aussi télécharger le PDF ici.

Le site officiel : http://www.findeconcession-lefilm.com/

Didier Quillot: premier bilan de la restructuration

Didier Quillot sur l observatoire des medias A l'heure de la vente du "pôle sud" de Lagardère (La provence, Nice Matin, Var Matin, Corse Matin et Matin plus), Didier Quillot revient sur ses dix premiers mois à la tête de Lagardère Active Media. Cet ancien PDG d'Orange France bouleverse et transforme Lagardère en rassemblant les quatre métiers de Lagardère Active :

  • La presse
  • l'audiovisuel
  • le numérique
  • la régie publicitaire

L'objectif est de faire de 2007, une année sans baisse de rentablité. Et sur certains points, on peut attribuer à Didier Quillot un certain nombre d'avancements : la chaîne de la TNT Gulli, un fort développement sur le Web avec des nouveaux sites pour les magazines papiers et notamment la vente "online" de magazines sur Relay.fr.

Mais la part du chiffre d'affaire dans le numérique reste cependant de 1% en 2006, étant donné la croissance du marché publicitaire sur le net, gageons qu'il ne peut que croître fortement. C'est pourquoi Lagardère mise fortement sur les nouveaux médias, notamment avec la vidéo online et le Web 2.0. Les téléphones 3G seront sans doute les prochains axes de développement. Ces investissements suffiront ils face à la concurrence des "Pure Players" Internet qui y sont présent depuis déjà bien longtemps ?

Mais pour permettre cette évolution, Lagardère a dû fermer un certain nombre de titres (une quinzaine) à travers le monde et une vingtaine fermeront avant le fin de l'année. Pour générer du cash, ils sont actuellement en train de vendre leur "pôle sud" (en partenariat avec le Monde) en négociation exclusive avec le Groupe Hersant Media. On constate un fort désengagement de Lagardère dans les supports papiers pour pouvoir investir sur le numérique et dans d'autres domaines comme le sport (rachat du stade Jean Bouin, Lagardère Team).

Comment les publications Bolloré Media ont traité la vacance de Nicolas Sarkozy à Malte

MatinPlus traite l'affaire Sarkozy @ Paloma-BolloreForce est de constater que qu’un message a été passé à la rédaction de Matin Plus hier au soir. Ce devait être quelque chose du style : « Parlez-en, mais de façon factuelle ».

C’est chose faite. Matin Plus en parle, du bout des lèvres. Comme d’habitude, l’article n’est pas signé, mais là, comme il s’agit d’une brève…

Extraits:

Les pieds dans l’eau, sous le soleil de Malte, Nicolas Sarkozy révise depuis lundi ses fiches ministérielles en mer Méditerranée.


En villégiature avec quelques proches, sur un bateau prêté par l’industriel Vincent Bolloré (actionnaire majoritaire de Matin Plus), le nouveau président de la République reste en contact téléphonique permanent avec son équipe de campagne.

Mise à jour de 12h30, avec AFP:

Officiellement, Vincent Bolloré n’avait toujours pas confirmé que Nicolas Sarkozy était son invité et que le jet privé et le yacht qui ont accueilli le futur président élu lui appartenaient.

Mais Vincent Bolloré a publié, ce mercredi 9 mai matin un communiqué:

« A la question posée par François Hollande, il est indiqué que ce n’est bien sûr ni la République, ni le groupe Bolloré, mais Vincent Bolloré à titre personnel qui a invité M.Sarkozy et sa famille, pour quelques jours de vacances »

[…]

Vincent Bolloré est « honoré d’avoir reçu M. Sarkozy et sa famille après sa campagne et avant qu’il ne soit président. C’est d’ailleurs une tradition dans la famille Bolloré qui a eu l’occasion de recevoir Léon Blum plusieurs semaines dans son manoir, au retour de captivité [après la seconde guerre mondiale], ou Mohammed V de retour [d’exil] de Madagascar avant qu’il ne devienne roi du Maroc ».

Vincent Bolloré a tenu également à préciser que le groupe qui porte son nom, « fondé en Bretagne il y a 185 ans », « ne fait pas partie du CAC 40 et n’a jamais eu aucune relation commerciale avec l’État français ».

Des son côté, Nicolas Sarkozy, interrogé lors d’un jogging à Malte, où il séjourne depuis lundi soir à bord d’un yacht appartenant à Vincent Bolloré, le prédident élu a indiqué qu’il « essayait de se tenir éloigné de toutes ces polémiques » sur ses quelques jours de repos.

« Je ne vois pas où est la polémique », a-t-il dit, avant d’ajouter : « Je n’ai pas l’intention de me cacher, je n’ai pas l’intention de mentir, je n’ai pas l’intention de m’excuser ».

Il a expliqué connaître « depuis vingt ans » l’homme d’affaires Vincent Bolloré, propriétaire du bateau et du jet privé qui l’a conduit à Malte.

« Cela fait vingt ans qu’il m’invite et vingt ans que je refuse », a-t-il ajouté, en soulignant que Vincent Bolloré n’avait « jamais travaillé avec l’Etat ».

« Je souhaite pour l’économie française beaucoup de Vincent Bolloré », a-t-il dit.

Il a estimé que « les Français sont très lucides » et qu' »ils savent faire la part des choses entre la polémique politicienne et la réalité des choses ».


Mise à jour
de 17h45:

Selon le site de l’hebdomadaire L’Express, je suis une mauvaise langue.

C’est sur le yacht de Vincent Bolloré que se repose Nicolas Sarkozy

Le Paloma est le yacht de 60 mètres de Vincent Bolloré. C'est à son bord que le nouveau Président de la République, Nicolas Sarkozy, a choisi de réunir sa famille et des amis pour prendre une petite retraite.

Il s'agit donc là d¹une mini-croisière de trois jours au large de l'île de Malte: Nicolas Sarkozy, Cécilia son épouse, son fils Louis, âgé de 10 ans sont présents, ainsi que quelques proches.

Comment sont-ils arrivés là bas? À bord du Falcon 900 EX de ce même Vincent Bolloré.

le Paloma © www.yachtchartersdeluxe.com VB © APLe Paloma a été construit en 1965 par un chantier naval japonais, et a été acheté par le VB en 2003, pour la somme de 3,5 millions de dollars. Vincent Bolloré a investi 5 millions d'euros pour le retaper et en faire un joli yacht luxueux (7 cabines, dont 3 doubles, capacité 12 invités, en plus des 17 hommes d'équipage). Capital.fr nous dit aussi que "son pont supérieur possède un jacuzzi, et le grand salon est équipé d'écrans plasma géants ainsi que d'un équipement de karaoké".

Voici ce qu'écrivait L'Express en aout 2005:

le courtier londonien Nigel Burgess propose dans ses catalogues une soixantaine de yachts et voiliers «charters», dont le bateau de Vincent Bolloré Paloma (60 mètres, 245 000 € la semaine) ou, encore plus grand, l'Annaliesse (85 mètres, 36 personnes, 800 000 dollars la semaine). Pas d'inquiétude: lorsque le fougueux patron d'Havas veut sortir en mer, il peut toujours compter sur son Apreamare, un splendide petit bateau italien acheté chez Mercurio, à Saint-Tropez.

le papier OCB, édition spécialeAlors je me dis que peut-être Nicolas Sarkozy écoute sur le yacht (prêté? loué?) cette chanson, "BOLLORE", par Cathy Claret, dont voici un extrait des paroles:


bolloré te quita las penas
bolloré pa toda la vida
bolloré nos vuelve locos
bolloré que papel

et voici le morceau!

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

bonne écoute, et bonne armistice.

mise à jour: Les photos de Nicolas Sarkozy sur le bateau sont en ligne sur LeMonde.Fr :

la page d'accueil du site du président maltaisNicolas Sarkozy va-t-il passer un coup de fil à Alain Louette, directeur de l'AFP, à propos de ces photos? Le photographe s'appelle Lino Arrigo Azzopardi, et il se trouve qu'il est aussi le photographe officiel du président de MALTE.

La révolution de l’info couve sur le web

Je continue à vous parler de rue89.com en vous montrant en exclusivité (pour le moment et avant Techcrunch!) à quoi ressemble la vraie (et pas l'ancienne) future home de rue89.com :

homepage rue89.com

Voici aussi le communiqué de presse officiel de lancement du site:

rue89.comRue89.com démarre. Le 6 mai à 18h00, ce nouveau site d’information, fondé par une équipe
de journalistes professionnels, sera lancé, coïncidant avec le deuxième tour de l’élection
présidentielle. Nouvelle ère, nouveau média…


Rue89 veut marier le journalisme professionnel et la culture participative de l’Internet.
L’information, sur Rue89, sera le produit de l’interaction entre trois cercles : celui du
journalisme le plus exigeant et rigoureux; celui des spécialistes, des passionnés et des
témoins; celui, enfin, de la communauté des internautes appelée à participer activement à son
fonctionnement. Une information validée par l’équipe permanente de journalistes, faisant de
ce site une référence de qualité dans la presse en ligne.


Rue89 est né du constat que dans le bouillonnement créatif du web, il y avait nécessité
d’offrir un média totalement indépendant, répondant aux critères professionnels et
déontologiques du journalisme, tout en s’ouvrant aux contributions de non-journalistes, à la
participation active des internautes. Un média 100% dédié à l’Internet, qui se veut le
laboratoire d’un nouveau langage journalistique multimédia qui reste à définir. Le site a
ainsi développé un système permettant de hiéarchiser les commentaires des internautes.
Rue89 se concentre sur les sujets qui font parler, jaser, débattre, dans tous les domaines: de la
politique au sport, en passant par les nouvelles technologies, la culture ou l'environnement.
Nous rêvons que Rue89 devienne le point de référence obligé pour tous ceux qui ne veulent
pas se contenter de "consommer" l'information et se passionnent pour la confrontation
d'idées. Le site est ouvert sur le reste du monde. Lieu pluraliste, il entend contribuer non
seulement au débat démocratique, mais aussi à la recherche de solutions: une rubrique
"Passage à l'acte" aidera à la mise en oeuvre des bonnes idées qui ont du mal à se réaliser.
Pendant ses premiers mois d'existence, Rue89 se présentera en "version beta". Autrement dit,
il s'enrichira régulièrement de nouvelles fonctionnalités et corrigera ses défauts, en s'appuyant
sur les réactions de ses visiteurs.


Rue89 sera un site gratuit, financé par les recettes publicitaires. Lancée par une équipe de
journalistes expérimentés et de jeunes reporters multimédia, Rue89 procèdera dans les
prochains mois à une levée de fonds auprès d’investisseurs. Les cinq membres fondateurs de
la société Rue89 sont:


Pierre Haski, ex-correspondant à Pékin, puis directeur-adjoint de la rédaction de Libération.

Pascal Riché, ex-correspondant à Washington, puis rédacteur en chef chargé des pages
Rebonds de Libération.

Laurent Mauriac, ex-rédacteur en chef adjoint chargé de l'économie, puis correspondant de
Libération à New York.

Arnaud Aubron, ex-rédacteur en chef adjoint chargé de l'édition à Libération.

Michel Lévy-Provençal, ingénieur multimédia, onze ans d'expérience en sociétés de service
informatique.

Internet aux Assises du journalisme

Edwy Plenel
Offline

La semaine dernière se tenaient à Lille les premières Assises du journalisme. Au vu du sondage publié mercredi dernier, on aurait pu croire que les nouveaux médias et leurs opportunités avaient été adoptés par les journalistes. Ils étaient 62% à considérer le multimédia comme une chance et 70% à approuver le journalisme des bloggueurs.

Vendredi matin, un atelier s’intitulait même Internet : Le moment de tous les possibles ?

Les pure players (Terra Economica, l’agence de vidéo 18/35) y abordent la difficulté de trouver un modèle économique viable, tandis que les médias plus installés (INA, Le Figaro, Sogemédia) discutent multitasking, complémentarité print/web et ciblage de l’audience.

Alors que le débat touche à sa fin, le micro est offert à Edwy Plenel, véritable star de ces Assises. Et là, c’est la désillusion.

Etudiants et journalistes notent avidement la parole du professeur, qui prône tout d’abord le passage à un modèle payant. Le consommateur, décidemment très candide, doit être amené à réaliser que la production d’information a un coût. Plenel avoue même avoir été viré du Monde (en partie) pour avoir voulu revenir à un site entièrement payant.

Mais le vrai danger, pour Plenel et beaucoup d’autres présents à Lille, c’est la confusion entre le journalisme certifié 100% authentique et l’amateurisme d’internet, empire de la rumeur et fossoyeur des valeurs vraies de la profession.

Le droit à l’information, dont il a beaucoup été question, est encore vu comme un droit pour les envoyés spéciaux à Amman de nous parler d’Irak mieux que les bloggueurs de Bagdad.

Les journalistes affirment pourtant dans l’appel des Assises vouloir restaurer la confiance avec les citoyens. Seriner que l’information ne peut provenir que des médias traditionnels ne risque pas d’exciter outre mesure lesdits citoyens.

D’ailleurs, lors de l’atelier internet, il n’a été qu’une fois question de Web 2.0. Pour évoquer un rêve (sic !).

Nicolas-Kayser-BrilNicolas KayserBril

Pierre Haski, Laurent Mauriac et Pascal Riché, figures journalistiques de Libération, lanceront bientôt leur version du journalisme citoyen sur le web

Emmanuel Parody révèle le scoop et l'info est reprise par l'agence Profile Presse.

Voici ce qu'en dit Emmanuel :

Intéressant déjeuner ce midi avec Laurent Mauriac de Libération qui a décidé de quitter le quotidien, accompagné de Pierre Haski et Pascal Riché (oui c’est un scoop). Tous les trois se lancent dans l’aventure 100% internet avec un projet de site d’information à vocation collaborative. Ils rejoignent la nouvelle génération de sites communautaires qui ont beaucoup appris des lourdeurs de la presse traditionnelle et de la dispersion des sites 100% communautaires à la Agoravox. On en dira pas plus, le projet n’est encore qu’ébauché mais il est parfaitement dans la tendance du moment.


Ces trois journalistes de Libération sont des grandes signatures. Et ils ont plusieurs points communs. Tous correspondants à l'étranger pour Libération pendant des grandes périodes, ils font partie des premiers journalistes de Libé à être les auteurs de blogs, très fréquentés, qui ont ensuite servi de modèle à bien d'autres. Enfin ils ont fréquenté les mêmes bancs,
Pierre Haski est sorti du CFJ en 1974 et Pascal Riché en 1987.

Pierre Haski a commencé sa carrière de journaliste à l'AFP, pour laquelle il sautera sur l'occasion d'être correspondant à l'étranger, en Afrique du Sud. Il a ensuite rejoint Libé en 1981, et a occupé plusieurs postes intéressants. Il a couvert le continent africain (1981-1988), les affaires diplomatiques (1988-1993), puis a été le correspondant de Libération à Jérusalem (1993-1995), avant de revenir une nouvelle fois à Paris, comme chef du service étranger (1995-2000).
Ensuite Pierre a été le correspondant du journal à Pekin de août 2000 à décembre 2005. Il a pendant cette période tenu "Mon journal de Chine", un blog de qualité et très suivi.
Il est ensuite revenu à Paris, au siège de Libé, en qualité de directeur adjoint de la rédaction.
Pierre est aussi écrivain, et son nouveau blog est hébergé sur le site de son éditeur, et porte le nom de son dernier livre : "Cinq ans en Chine".

Laurent Mauriac est entré à Libé en 1994 et fut l'un des instigateurs du "Cahier Multimédia", supplément hebdomadaire consacré aux technologies numériques inclus dans l'édition du jeudi. Les autres collaborateurs du cahiers etaient Rémy Fière, Francis Mizio, Florent Latrive et Emmanuèle Peyret. Les nostalgiques pourront parcourir les titres du cahier multimédia sur l'internet Archive.
Fin 1995, le quotidien met en ligne son site web, Liberation.com, avec les équipes de la télématique. Laurent Mauriac rejoint en 1998 le service économie et a couvert l'Internet puis a pris la direction du service pendant trois ans. Il est ensuite parti à New York en septembre 2005, succédant à Fabrice Rousselot, et a pris la suite du blog "A l'heure américaine".

Pascal Riché a débuté sa carrière de journaliste chez Ouest-France et à La Tribune de l'Économie. Il rejoint Libération en 1989, au service Économie. Il dirigera le service pendant quatre ans. En 2000 il part à Washington pour suivre la campagne. Il tiendra donc aussi sur le web de Libé un "Carnet de campagne de l'élection présidentielle américaine" : le blog "La course à la maison blanche", deviendra ensuite "À l'heure américaine". Après six ans passés aux États-Unis, il revient à Paris et prend la suite de Jean-Michel Helvig et devient rédacteur en chef adjoint, en charge des pages Rebonds, rubrique qui se dotera aussi d'un blog, "Mon œil!".

Alors, de quoi va-t-il s'agir? Après Agoravox, Wikio, Citizenbay, que vont nous concocter le trio? Plus d'infos bientôt sur ce blog.

En tous les cas, je trouve tout à fait annonciateur le commentaire de Laurent Mauriac laissé sur le blog de Daniel Schneiderman à une note sur le retour de Laurent Joffrin à Libération.

À lire aussi, la note Dans la vis de Pascal Riché, et le commentaire de Pierre Haski sur un blog écolo.

Vincent Bolloré intéressé par l’acquisition des Echos?

C'est Pierre Kupferman, de la Tribune, qui nous apprend cela, en direct de Méribel, où se tenait ce week-end le festival de la publicité.

les echos chez Bolloré?

Plusieurs déclarations de V.B. :

  • le projet de quotidien gratuit du matin (Bolloré/Le Monde) n'aurait pas de plomb dans l'aile. :
    "Un nouveau numéro zéro doit sortir mardi ou mercredi. Nous voulons que nos amis du Monde soient confortables avec la formule. Alors peu importe que la parution débute en janvier ou en février" explique l'homme d'affaires breton au journaliste de la Tribune.
  • Vincent Bolloré serait aussi à la recherche d'une acquisition dans la presse économique, et pourquoi pas les Echos, si il a le dossier dans les mains.
  • sur la presse gratuite : "Nous ne nous arrêterons pas [là]. Ce n'est qu'un apéritif !"
  • Libération ne l'intéresse plus.

Mort du patron de presse et homme politique Jean-Jacques Servan-Schreiber

Le patron de presse et homme politique Jean-Jacques Servan-Schreiber, auteur du « Défi américain », est mort dans la nuit de lundi à mardi à Fécamp (Seine-Maritime) à l’âge de 82 ans, a annoncé sa famille à l’AFP. (lire la dépêche)

Franklin Servan-Schreiber, son fils, a révélé que son père, né le 2 février 1924 à Paris, était atteint d’une « forme de dégénérescence qui affectait sa mémoire ». « Mais il était tout à fait conscient, lisait la presse et relisait les grands livres », a-t-il ajouté.

Ancien député, ancien président de la région Lorraine, JJSS avait fondé L’Express en 1953 avant d’être un très éphémère ministre des Réformes sous Valéry Giscard d’Estaing en 1974. Président du Parti radical entre 1971 et 1979, il avait ensuite abandonné la carrière politique.
Il avait auparavant épousé en 1945 l’écrivain Madeleine Chapsal dont il a divorcé en 1960.