YouTube réinvente la pub vidéo

YouTube vient de révéler un nouveau concept de publicité vidéo. Si les chiffres annoncés sont vérifiés, Google risque bien de voir ses revenus gonfler encore un peu plus.

Jordan McCollum offre ces explications sur Marketing Pilgrim :

Avec ses trois milliards de minutes de vidéos diffusées chaque mois, YouTube, racheté par Google en 2006, reste aujourd’hui le plus gros site de vidéos en ligne. A partir d’aujourd’hui, les annonceurs vont avoir une raison de plus de se tourner vers YouTube. Le site lance InVideo, un format de publicité qui garanti un fort engagement de l’internaute sans impact négatif sur son expérience d’utilisation. A la différence des pubs preroll ou postroll, InVideo offre un plus fort engagement, perturbe moins le spectateur et affiche un taux d’abandon plus faible. Gagnant sur tous les plans.

YouTube1bis

Capture d’écran d’une pub InVideo. Regardez cette vidéo et sa pub sur YouTube.

Les pubs InVideo apparaissent 15 secondes après le début de la vidéo et occupent 20% du bas de l’écran. Si au bout de 10 secondes l’utilisateur ne l’a pas clique, le bandeau se minimise. Un signet doré s’affiche au bas du lecteur vidéo pour indiquer l’emplacement de la pub InVideo. Une option permet de réduire la pub lorsqu’elle s’affiche, mais moins de 10% des internautes l’utilisent. Après que la pub se soit minimisée, une flèche permet d’y ravoir accès à tout moment.

 

YouTube2

Lorsque l’on clique sur la pub, la vidéo se met automatiquement sur pause et un calque Flash se superpose, permettant de diffuser n’importe quel format, que ce soient des bande-annonces ou des ventes de tickets pour un concert.

YouTube3
Toujours visible en fond, la video se met sur pause pendant la pub.

 

Avec des taux de visionnage (CTR) cinq à dix fois supérieurs à ceux d’une publicité classique, YouTube tient probablement là la clé de la monétisation de ses contenus. Henry Blodget estime que le service peut rapporter entre $16m et $500m à court terme. Compte-tenu de l'évolution de la vidéo en ligne, ces chiffres pourraient grimper jusqu'à $16 milliards d'ici cinq ans.

Ajoutez à ça le potentiel du site en termes de segmentation, qu’elle se fasse sur les tags de la vidéo ou les données socio-démographiques des visiteurs, et courrez acheter des actions Google.

En attendant une technologie similaire du côté des régies pub des médias français, on peut espérer que Google syndique le système à la manière d’AdSense.

[Disclaimer : Je ne possède aucun titre Google. Mais j’aimerais bien.]

1 Comment

Post a Comment

adipiscing pulvinar dolor Curabitur dapibus tempus massa