Now Reading
A qui un directeur de publication doit-il des comptes ?

A qui un directeur de publication doit-il des comptes ?

Avatar

Lemondefr_pet Jean-Marie Colombani et Laurent Joffrin, respectivement Directeurs de la publication du Monde et de Libération ont publié avant le premier tour leur recommandation de vote au nom de leur rédaction.

Ces deux éditoriaux avaient suscité des réactions indignées de la part :Main_logo_329x101

1. des lecteurs notamment à Libération ce qui avait même incité le journal à lancer son Contre-Libération (contre-Libération paradoxalement introuvable en ligne alors que c'est la partie interactive du journal !).

2. de certains candidats, principalement François Bayrou car systématiquement visé dans ces deux éditoriaux et qui s'estimait ainsi inutilement maltraité ce que prennait soin de réfuter Jean-Marie Colombani.

Les abonnés du Monde en pensaient autrement car ils furent à ce jour très nombreux à réagir (357 au 24 avril).

Ban_accueil3. de bloggeurs dont l'ex-éditorialiste du Monde, maintenant sur Libération, Daniel Schneiderman.

A l'inverse Le Figaro avait souligné qu'il n'émettrait pas de recommandation hormis au second tour si Le Pen était présent et bien sûr pour contrer le leader d'extrême-droite.
Enfin Marianne a publié le vote de la rédaction en demandant à chaque journaliste de se prononcer.
Est-ce qu'une position commune de la rédaction est possible ou souhaitable ou doit-on laisser le Directeur s'engager …. tout seul ?

Couverture Un très intelligent sondage commandé par Télérama et synthétisé dans CB News répond partiellement à cette question.
Incroyable mais vrai : ce mardi matin à 12H15 le sondage n'est pas disponible sur le site de Télérama. (consulter ci-dessous la question adressée à Télérama et pour laquelle j'attends la réponse).

Télérama dévoile le vote des publics des principaux médias

Selon un sondage "Sortie des urnes" réalisé par le CSA pour le magazine Télérama à paraître demain, ce sont les lecteurs du Figaro qui ont proportionnellement, tous grands médias confondus, le plus voté pour Nicolas Sarkozy et ceux de Libération pour Ségolène Royal.
En TV, 36% des fidèles de TF1 ont choisi le candidat de l'UMP, 21% la candidate socialiste et 17% François Bayrou. Ceux branchés sur France 2 ont voté pour Ségolène Royal à 33%, pour Nicolas Sarkozy à 25% et pour François Bayrou à 23%.
Même podium pour le public de M6, avec 30% pour la candidate PS, devant Nicolas Sarkozy (26%) et le candidat UDF (16%). Et les téléspectateurs de France 3 se sont divisés entre les 3 candidats, avec 28% de sarkozystes, 26% de royalistes et 22% de bayrouistes.
Côté radios, les auditeurs d'Europe 1, France Info et RTL se sont tous prononcés en faveur de Nicolas Sarkozy, à respectivement 37%, 35% et 33%, contre 28%, 25% et 26% pour Ségolène Royal.
Mais chez les auditeurs de France Inter, le candidat de l'UMP (22%) est devancé à la fois par Ségolène Royal (37%) et François Bayrou (24%).
En PQN, si 54% des lecteurs du Figaro ont voté Nicolas Sarkozy, seuls 16% se sont prononcés pour le candidat centriste et 13% pour la candidate socialiste. A l'inverse, les lecteurs de Libération ont nettement penché en faveur de Ségolène Royal (47%), devant François Bayrou (25%) et Nicolas Sarkozy (12%). Les habitués du Monde se sont prononcés à 37% en faveur de Ségolène Royal, à 28% en faveur de François Bayrou et à 22% en faveur de Nicolas Sarkozy. Ceux du Parisien ont choisi Nicolas Sarkozy (36%), devant Ségolène Royal (31%) et François Bayrou (28%).
Enfin, en presse magazine, les lecteurs du Point et de l'Express ont nettement préféré le candidat UMP (à respectivement 52% contre 17% pour Mme Royal et 14% pour M. Bayrou et 37% contre 27% pour Mme Royal et 23% pour M. Bayrou).
En revanche, les habitués du Nouvel Observateur ont voté à 35% pour Ségolène Royal, 28% pour François Bayrou et 21% pour Nicolas Sarkozy. Ceux de Télérama ont opté à 44% pour la candidate socialiste, à 28% pour le candidat de l'UDF et à 14% pour celui de l'UMP. Enquête réalisée par l'institut CSA à l'occasion du sondage Sortie des urnes du dimanche 22 avril, auprès d'un échantillon national représentatif de 5.006 personnes.

* Question posée à Télérama ce mardi 24 à 12H15.

"Je viens de lire un large compte-rendu de votre sondage sur le vote des lecteurs dans la newsletter de CB News.
www.cbnews.fr/articles/medias/telerama-devoile-le-vote-des-publics-des-principaux-medias
Je viens sur votre site chercher la source intégrale pour faire un lien sur mon blog : introuvable et très dommage.
Est-ce qu'il y a un embargo sur la version papier ou est-ce que les deux rédactions sont encore séparées ?
Je vous invite bien sûr à me répondre directement sur mon blog, je vais mettre mon post en ligne d'ici peu".

L'enseignement à tirer de cette histoire est très intéressant : à qui appartiennent les lecteurs/auditeurs/téléspectateurs de chaque média.
Sous la double pression populaire (journalisme-citoyen évoquée la semaine passée sur France Inter) et actionnariale (la gouvernance d'entreprise), les médias ne pourront pas faire l'économie de cette question : à qui devons-nous des comptes ?

Certains journaux ont déjà des Chartes avec leurs journalistes (Libération, Le Monde, les sociétés de l'audio-visuel) voire des médiateurs (Véronique Maurus au Monde).

Les titres maintiendront dorénavant un lien d'autant plus fort qu'ils intégreront et donneront la parole à leur lectorat comme essaie de le pratiquer Le Monde depuis longtemps avec sa Société des Lecteurs et comme vient de commencer Libération.

Ces structures qui étaient plus des associations à but défensif pourraient se transformer intelligement en force de proposition à condition peut-être de bien d'admettre tous les attributs d'Internet pour amorcer ce travail. LaPrésidente de l'Association Hubert Beuve-Méry est Monique Dangnaud (Directrice de Recherche à l'EHESS*) qui croit que "la cyberpolitique n'est pas encore à l'ordre du jour" et dont l'article avait donné lieu à une intense actualité. Quelques évolutions sont donc souhaitables sur la perception d'internet dans l'exercice de la citoyenneté comme du journalisme.

Newlogo21

See Also

Une récente innovation (lue sur l'excellent site edgeminded.over-blog.com) du Chicago Tribune pourrait indiquer une très intéressante voie à suivre. Le journal lance un mini site collaboratif où les habitants de l'ouest et du sud de Chicago proposent leurs propres articles et photos.

Image_2Ce site est Triblocal.com (Trib pour tribu) et confirme que dans le mot journalisme-citoyen il y a le mot journalisme et qu'il n'y a aucune fatalité pour les journaux à ne pas intégrer des démarches citoyennes qui répondent et sont conformes aux Chartes citées ci-dessus.

La homepage de ce site est un modèle du genre :

1. Ce site est le vôtre, il est local avec la liste des quartiers concernés

2. Venez partagez vos histoires, montrer vos photos et annoncez vos évènements

3. Voix de la ville, Triblocal.com vous suggère de vous impliquer.

Le quotidien centenaire de Chicago, le Chicago Tribune, montre une intéressante voie à suivre pour rapprocher deux mondes finalement plus proches qu'ils ne le croient, les quotidiens et les sites de journalisme-citoyen. Est-ce l'amorce des nouveaux médias participatifs que le tryptique, lecteur/journaliste/annonceur appelle de ses vœux ?

Image001 Certaines chaînes de télévision (CNN) se sont engagées dans cette voie lors de la soirée électorale et je voulais féliciter France24, d'où j'ai pu commenter les résultats dès 20H, pour le parti-pris qui semble avoir été clairement à la hauteur de leurs espérances.

* : Je suis doctorant à l'EHESS et j'ai le plus grand respect pour ses membres mais je me permet néanmoins de critiquer une opinion que je crois dépassée et qui doit prendre en compte l'apport d'internet dans le formidable engouement des français pour le premier tour de l'élection présidentielle comme le soutient David Abiker dans Le Monde.

View Comments (3)

Laisser un commentaire