Le traitement de l’information sur les Gilets jaunes à Toulouse et au-delà…

Le regard de Jean-Marie Charon
Le verbatim d’Emmanuelle Durand-Rodriguez

Le regard de Jean-Marie Charon

Un séminaire de journalistes, à propos du traitement de l’information sur les Gilets jaunes c’est tenu à Toulouse dans la soirée du 5 mai. Il était organisé par les Entretiens de l’information et le Club de la presse d’Occitanie avec l’aide de ses représentantes à Toulouse, Sophie Arutunian et Emmanuelle Durand-Rodriguez. Confinement oblige la discussion s’est tenue au travers du réseau Zoom. Il y avait une vingtaine de journalistes, en grand majorité de Toulouse, ainsi que quelques confrères de la région, jusqu’à… Bordeaux. Ils étaient d’une grande diversité de médias, en l’occurrence, France Bleu, La Dépêche du midi, France 3, le Monde, France Inter, RMC-BFM, France Info, Médiacités, Médiapart, Rue89 Bordeaux, Libération, etc. Il y avait des rédacteurs en chef, des reporters, des spécialistes, des correspondants de médias nationaux, des pigistes et des indépendants et particularité « toulousaine » pas moins de quatre photojournalistes. Tous ont travaillé sur la mobilisation des Gilets jaunes sur toute sa durée.

Au fil de trois heures d’échanges, extrêmement denses, ils sont revenus sur ce moment intense, complexe, difficile et riche de leur vie professionnelle et personnelle. Comme lors de chacun de ces séminaires, une synthèse est proposée, qui n’est pas un compte rendu exhaustif, plutôt une impression subjective, de l’animateur de ces échanges, sachant que le site Observatoiredesmedias.com invite les participants, voire quelques-uns des observateurs – ici chercheurs du LaSSP et du LERAS de Toulouse et étudiants en Information-communication de l’Université Paris2 – à publier eux-mêmes leur propre décryptage, analyse, point de vue, voire des témoignages complémentaires. Dans le cas présent cette synthèse a été enrichie et même précédée d’un premier écho-témoignage sous la forme d’un verbatim des échanges, celui d’Emmanuelle Durand-Rodriguez, journaliste de Toulouse, animatrice active du Club de la presse d’Occitanie.

Le choc des manifestations :

S’il est une question qui va constituer une sorte de fil rouge et point d’interrogation de ces échanges toulousains, c’est bien celle des manifestations. Leur intensité, leur durée, leur brutalité souvent, et des difficultés d’en rendre compte. C’était un peu attendu, vue la virulence de la mobilisation qui avait été observée à Toulouse. Cela est cependant notable au regard d’autres villes telles que Paris ou Rouen, où la violence avait également été intense et où pourtant les journalistes présents avaient beaucoup plus parlé des ronds-points. Dans ce séminaire, dès la première intervention, se trouve posée la question du choc vis-à-vis de la virulence, de la violence, mais aussi de la complexité dans le rapport à des personnes porteuses de Gilets jaunes, dont le comportement peut changer subitement apparaître contradictoire ou difficilement compréhensible pour le journaliste : l’échange courtois se prolongeant par des dégradations, la cohabitation dans les mêmes lieux et les mêmes actions de « radicaux politisés » que vont suivre des personnes socialement différentes, hétérogènes, sans aucune expérience politique. Sentiment parfois d’une certaine schizophrénie.

Violence :

La question des manifestations s’imbrique complètement à celle de la violence, à laquelle les journalistes ont été confrontée. Il y a dans ce groupe plusieurs journalistes qui ont été physiquement blessés, obligés de s’arrêter un moment dans leur activité professionnelle. Une violence qui a d’ailleurs tourné, puisqu’elle était plutôt du fait des manifestant au départ, verbale, avec des insultes, mais aussi physiques, avec coupes et des bris de matériels. Elle est devenue ensuite de plus en plus le fait des forces de l’ordre, y compris des officiers que certains connaissaient personnellement, et qui pourtant feront charger, tirer au LBD ou avec des grenades, délibérément sur des journalistes clairement identifiés. Une photojournaliste, un moment, entendra même des menaces pour sa vie émanant d’un membre des forces de l’ordre. Les journalistes blessés l’on été de la part d’actions policières. D’aucuns font d’ailleurs un lien entre la perte de contrôle de situations, voire d’une image de l’institution et la montée en intensité des violences à l’égard des journalistes.

La violence est parfois difficile à comprendre de la part de manifestants, mais transparaissent aussi des critères, des symboles aux yeux des manifestants, comme le nom d’un média ou un type de média : BFM ou les télévisions d’information en continu. Il y a une gradation dans l’exposition à l’hostilité entre la caméra, le Smartphone, l’appareil photo ou le stylo… Lorsque ne s’expriment pas des comportements purement sexistes.

Il est également une violence qui s’exprime à l’égard d’un journalisme vu à travers des stéréotypes, mais aussi en réponse à un mode de traitement : réaction à un titre, une interview réduite à un extrait de quelques secondes sur une radio ou une télévision. « Tu nous a trahi ! ». De nouveau transparaît le refus du regard extérieur, comme du montage, de la sélection, de la hiérarchisation, propre au travail du journaliste.

Autant, la place prise par l’exposition des faits de violences, y compris de blessures physiques se sera imposée dans la discussion, autant il est étonnant de ne pas retrouver des constats faits dans les séminaires précédents où était fait état de peur, de fatigue, d’isolement, voire d’une quasi détresse psychologique. Paradoxalement des journalistes feront ici un parallèle avec « Ramallah », mais sans en tirer le même rejet d’avoir dû faire un « journalisme de guerre », en France, même si certains avouent ne jamais avoir pensé le vivre un jour. D’ailleurs la tonalité était plutôt à rejeter certaines consignes des hiérarchies, gardes du corps, obligation de se retirer dès les premiers tirs sur les journalistes, etc.

Les « invisibles » :

Même si le sujet va occuper moins de place que dans d’autres séminaires, se retrouve la question de ceux qui se sont mobilisés. Même constat de l’hétérogénéité : quoi de commun entre les manifestants de Toulouse, d’autres villes de la région, des groupes différents d’un rond-point à l’autre, des expressions diverses sur les réseaux sociaux, etc. Une hétérogénéité faite de profils sociaux, mal connus ou peu fréquentés, par les journalistes « ceux qui ne répondent pas à nos questions », dont des retraités, des agriculteurs, des professions fragiles, des artisans, « beaucoup de femmes » surtout au début. « Beaucoup de ceux qui sont aujourd’hui ces « héros » en première ligne face au covid19 » remarque un intervenant. De nouveau très peu connaissaient des Gilets jaunes, avant le mouvement, à l’exception d’un journaliste exerçant en ville moyenne, avec une expérience syndicale – configuration que l’on retrouvait à Rouen également- ayant eu aussi à suivre la mobilisation de Sivens et des « zadistes ».

Une question ne sera pas éclaircie par la discussion, celle des « radicaux » « politisés », difficiles à situer pour les journalistes (signaux venants de sites d’ultra droite, modes d’action de l’ultra gauche). A noter qu’à aucun moment ne sera prononcé le qualificatif de « Black bloc ». Pas facile non plus d’expliquer la capacité d’attraction de ceux-ci à l’égard de manifestants non politisés, inexpérimentés, découvrant en quelque sorte cette forme de mobilisation sociale.

Au-delà se retrouve le constat de l’absence d’expérience et de capacité des ces personnes à s’organiser, à se donner des portes paroles ou des leaders, sans cesses changeants, dénoncés par les autres. De nouveau se retrouve formulé ici, le constat de l’erreur journalistiques consistant à s’être obstiné à les trouver, souvent d’ailleurs sous la pression des hiérarchies. Et, puis comment interpréter ces contrastes de comportement de personnes manifestant vivement durant des heures, qui tout à coup s’en vont pour « aller chercher un enfant », aller à un diner ou à un match ?

Revendication – vécu – haine :

Une fois encore les revendications font problème, celles-ci ne seront d’ailleurs évoquées, que parce que la question est posée au groupe de journalistes, de l’extérieur. Le sujet est vite refermé puisque celles-ci se seront épuisées – à commencer par le RIC – avec le « Grand débat » (mi-janvier !). Il en va donc des revendications comme des Assemblées générales ou des leaders éphémères. L’important se situe plutôt dans le vécu des personnes – avec de « belles rencontres » que les journalistes s’emploient à mettre en valeur, les proposer à leurs hiérarchies ; ainsi que dans la symbolique des occupations. L’important pour les personnes étaient d’être là dans la durée, dans des lieux à l’image forte et d’y être dans le temps, y revenant chaque week-end, ou y restant à longueur de semaines sur les ronds-points.

Ce que vont souligner surtout les journalistes présents, c’est autre expression celle de « la haine ». Il y a d’abord cette « haine anti-macron » que les manifestant crachent littéralement et qui atteint un niveau inimaginable. Il y a aussi cette haine des médias, des journalistes. Parce qu’ils sont le système. Il y a un rejet des à priori, des carricatures, des manières de traiter la parole ou les actes des manifestants, certaines « analogies » récurrentes (évoquées lors d’une question d’un chercheur). Plusieurs journalistes font ici le lien avec des expressions de rejet des journalistes dès la campagne de 2012 ou lors des mouvements sur la loi travail. Faut-il y voir une ignorance du travail des journalistes ? Plusieurs journalistes présents disent avoir passé beaucoup de temps à expliquer le métier, leur manière de travailler pour enfin pouvoir accéder à des personnes, à des groupes.

La haine aurait également à voir avec le comportement des forces de l’ordre qui avec leur violence (charges, tirs, etc.), les nuages de gaz, les nasses, etc. n’ont fait qu’attiser encore davantage l’exaspération des Gilets jaunes. Certaines personnes auraient d’ailleurs rejoint les manifestations, alors qu’au début elles n’y étaient pas, parce que choquées par ces méthodes policières.

Révolte :

Autant il y a unanimité sur l’intensité, la force, la durée de la mobilisation – D’ailleurs est-elle fini ? Quid au terme du confinement ?  – autant il est difficile, pour les journalistes, d’y voire les germes d’un mouvement social. Il s’agirait plutôt d’une « révolte », tant la mobilisation était hétérogène, sans qu’elle puisse trouver une forme d’unification sur des mots d’ordre, sur des formes de représentation, sur des manières de débattre. L’hétérogénéité est d’autant plus grande qu’elle est sociologique réunissant des composantes de la société plutôt improbables, sans liens entre elles, différentes d’un rond-point à l’autre, d’un groupe de manifestants à l’autre, etc. Qu’elle réunissait, en même temps, des formes d’expression politiques différentes, voire opposées, pas toujours faciles à cerner : Extrême droite dénoncée un temps par le ministre de l’intérieur, ultra-gauches, alternatifs des mouvements zadistes, apolitiques complets, complètement vierges de toute forme d’initiative politique. Tous convergeant dans l’occupation, sans parler de cette communion dans la haine évoquée plus haut.

Hiérarchies :

Les hiérarchies ont lourdement interféré avec le travail des journalistes, comme évoquées précédemment. Leur éloignement du terrain et leur incompréhension des gens mobilisés sont ainsi dénoncés. Il y a eu aussi cette manière de multiplier les consignes, pour protéger sans doute, mais qui étaient souvent inadaptées, entravant le travail ou l’interrompant dans la durée. Les demandes étaient principalement quantitatives et insuffisamment qualitatives. Il est notable qu’autant au séminaire de Paris, il était question de « coupure », autant ici les choses apparaissaient comme un fonctionnement vertical, descendant et subi, contrariant la liberté d’action professionnelle du journaliste de terrain. Cette question du terrain est d’ailleurs particulièrement sensible, y compris au regard du reste de la rédaction.

L’indépendance du journaliste / face au cadre d’exercice :

Le sujet est présent depuis le début dans les séminaires de journalistes, mais il s’exprime différemment à Toulouse, dans les termes de « liberté » du journaliste de terrain. Il s’agit bien sûr de pointer les questions de hiérarchies, mais aussi de conditions de production, de poids de dispositifs. Certains mettront en avant les statuts de pigistes ou d’indépendants, ce qui ne fera pas l’unanimité. Se sentant interpellé par une question de chercheur adressée aux « médias », un journaliste contestera cette assimilation entre le journaliste et son média : « Je travaille pour plusieurs médias aux lignes éditoriales divergentes, je ne suis moi-même aucune de celles-ci ». Un photojournaliste décrit un moment où il a décidé de partir vers un groupe de Gilets jaunes sans matériel, sans identification, pour parler, se donner le temps de comprendre.

Faut-il d’ailleurs classer dans ce registre l’évocation d’une solidarité entre journalistes de terrain pour se « tuyauter » sur des lieux à privilégier, des personnes à rencontrer. Un groupe WhatsApp a d’ailleurs été créé à Toulouse entre ces journalistes, alors qu’à Bordeaux s’était constitué un collectif de photojournalistes.

« Vrais journalistes », « nouveaux journalistes », « militants » :

La multiplication des personnes équipées de Smartphone, face aux charges des forces de l’ordre, autour de personnes blessées, etc. devait conduire à un échange sur : qui est qui ? Le propos qui semble dominant est plutôt celui d’une forme d’ouverture. Le mouvement social a suscité des vocations, chez des jeunes. Ils n’étaient pas formés au journalisme. Ils maîtrisent très bien les outils. Certains ont un sens de la captation et du témoignage, des angles intéressants. Ils n’ont pas de cartes de presse, mais ce sont quelque part de « nouveaux journalistes », au sens notamment où ils cassent les codes, les formats, etc. Et puis il y a ces acteurs dans la mobilisation qui savent s’exprimer et intervenir via les réseaux sociaux (gestionnaires de groupes Facebook, etc.) et eux ne sont pas des journalistes. Ce sont des « militants ». L’évocation des figures d’Edwy Plenel ou Serge July, militants des années soixante et références du journalisme professionnel, fait écho pour un journaliste radio, au mouvement des radios libres, dont il est issu, mais personne n’invalidera pas la distinction posée dans ces termes.

Les loupés – les regrets :

La question des loupés aura été posée d’emblée. Comme dans les autres séminaires il était alors question de n’avoir rien vu venir. Comment des professionnels dont c’est l’activité d’ausculter la société ont pu à ce point « ne pas voir », y compris alors que les premières manifestations se déroulaient. La question rebondira et un photojournaliste, s’interrogera sur cet aveuglement collectif, de ne pas avoir vu monter cette colère. Certains font pourtant aujourd’hui le lien avec les mouvements sur la loi travail, « Nuits debout ». D’autres qui avaient suivi la mobilisation font le lien avec Sivens, la ZAD et la violence qui s’était exprimée alors.

Les regrets, sont parfois plus individuels : l’un avoue ne pas avoir réussi la rencontre avec les Gilets jaunes de Toulouse et avoir dû aller dans une petite ville pour davantage échanger avec ceux-ci. Un spécialiste de faits divers, rodé aux relations avec les sources policières, reconnaît ne pas avoir compris et su traiter cette dimension du vécu, du ressenti, des motivations au sein des forces de l’ordre. Il y a aussi celui qui regrette que sa rédaction ait refusé de reprendre sa formulation de « violence policière »…

Un sentiment ambivalent semble au final se dégager : « Dans l’ensemble la presse a fait son boulot, de manière équilibrées » dira un journaliste de télévision. Nous avons aussi pu faire de vraies belles rencontres improbables, parler de « la vie des gens », constate une localière. Mais alors pourquoi tant de questions sans réponses, de sentiments de ne pas avoir vu, senti, compris. Quel beau moment que celui de cette interrogation partagée.

Jean-Marie Charon.

 


Le verbatim d’Emmanuelle Durand-Rodriguez

 

 

Le verbatim d’Emmanuelle Durand-Rodriguez,

Un journaliste radio : « un mouvement social très hétéroclite avec une sociologie très différente que l’on soit sur les ronds-points ou dans les manifestations à Toulouse où l’on a croisé rapidement des personnes plus radicales »

 

Une grande variété de positionnements politiques des Gilets Jaunes mais deux points communs : « une haine anti-Macron et une haine des médias ». Une haine qui a souvent été jusqu’à la violence verbale et physique, voire des appels au viol et au meurtre.

 

De nombreux journalistes ont été « stupéfaits par le niveau de violence » : « nous avons dû affronter successivement les violences de certains gilets jaunes et les violences des forces de l’ordre qui ont essayé d’intimider les journalistes et de les brutaliser.»

 

La violence à l’égard des journalistes : « Des comportements inacceptables mais qui dévoilent, note un journaliste, la haine et l’incompréhension de la population sur nos métiers. Les gens détestent BFM TV mais ceux sont les premiers à vouloir ‘passer à la télé’ »

 

Un photo-journaliste estime : « non seulement les gens ne comprennent pas toujours le travail de journalistes mais ils n’acceptent pas la manière dont nous faisons notre métier »

 

Ajoutant «pourtant j’ai commencé à ressentir de la haine à l’égard des journalistes et même de la violence dès 2012 pendant la campagne présidentielle où j’ai dû enlever mon brassard de presse »

 

Les journalistes de Toulouse et Bordeaux ont raconté le choc qu’a été pour eux la nécessité de s’équiper contre les violences. « Habitué aux reportages de guerre, c’est la première fois que je travaille en France avec un casque et un masque » Voire avec des agents de sécurité

 

« Maintenant tout le monde fait des photos ou filme. Les forces de l’ordre ne savent pas toujours qui est journaliste et qui est activiste. Je comprends la complexité du travail des forces de l’ordre. Je n’accepte pas mais je comprends la difficulté »

 

Plusieurs journalistes dont une correspondante de la presse nationale rapportent la nécessité d’expliquer le métier, les méthodes et désamorcer l’excès de  méfiance : « Plus fatigant de se justifier en permanence et d’ expliquer notre métier que de marcher des heures sous la pluie »

 

 

Pour un photo-journaliste d’un titre national :

« Pour moi c’est un raté monumental de la presse. Collectivement on a très mal fait notre travail de journalistes puisqu’on n’a pas vu venir cette colère. Et cela nous interroge sur nos pratiques et nos conditions de travail ».

 

Plusieurs journalistes ont en effet évoqué le manque de temps accordé par leurs directions à leur travail de terrain. « Souvent des demandes quantitatives de ma rédaction en chef plus que qualitative » précise un journaliste radio

 

« Le mouvement a donné lieu à l’émergence de nouveaux types de journalisme indépendant qui bousculent les codes de notre profession et qui nous donne une bonne claque dans la gueule. Mais je fais la différence entre des gens qui se disent journalistes et qui sont en fait des militants »

 

Selon plusieurs journalistes, « les Gilets Jaunes nous a ouvert les yeux sur une colère qu’on n’a pas vu venir. Une population en-dessous de nos radars et des gens qui ne parlent généralement pas en public. »

 

Selon une rédactrice en chef, « C’est plus une révolte qu’un mouvement social. Et ce n’est pas fini. Elle s’est arrêtée net avec le covid mais il faudra retourner voir les Gilets Jaunes qui sont souvent en ce moment en première ligne dans la lutte contre le virus »

 

Photo jlsfly sur Flickr

#InformerSurLesGJ

Il y a un an déjà, commençaient les premières mobilisations des Gilets jaunes. Scandées au rythme des manifestations hebdomadaires, prenant simultanément la forme des occupations de ronds-points le traitement du mouvement fera polémique, à commencer de la part des Gilets jaunes. Chacun a sur le sujet ses représentations et ses impressions, nourries de ses expériences personnelles.

Il est temps de revenir sur ce traitement en mettant à plat contenus des médias d’information et témoignages de deux qui les produisent. Telle l’ambition partagée par Les Entretiens de l’information, l’Institut français de presse (IFP) et l’INA. D’ici quasiment une année (juin 2020), ils se proposent d’organisée une rencontre où seront discutées travau d’étudiants et de chercheurs, ainsi que le fruit d’un ensemble de séminaires de journalistes tenus à Rouen, Paris, Lyon, etc.

La circulation et la discussion des échanges dont font l’objet les séminaires de journalistes appellent la création d’un espace de présentation et de rencontre. Le site de l’Observatoire des médias semblait prédisposé à jouer un tel rôle. Pour chacun des séminaires il offrira une synthèse des échanges, ainsi qu’un ensemble de contributions, réactions, commentaires proposés par quelques-uns de ses participants.

Retour donc sur le séminaire tenu à propos de Toulouse le 5 mai.

Post a Comment

efficitur. ultricies dapibus velit, odio Aliquam