Redevance baissée d'1 euro - des « ambitions au rabais » du pour la Scam

Redevance baissée d’1 euro : des « ambitions au rabais » pour la Scam

Alors que le paysage audiovisuel fait face à une transformation historique qui fragilise les acteurs français du secteur, Monsieur Gérald Darmanin, qui n’a été à ce jour démenti par personne, annonce une baisse de 1 euro de la contribution à l’audiovisuel public (CAP) [la redevance].

Redevance  : 1 euro… symbolique à bien des égards.

Cet euro représente une baisse tout au plus de 0,72 % pour les foyers et de près de 30 millions d’euros pour l’audiovisuel public. Il n’y a certes pas de petites économies mais celle-ci, faite de bouts de chandelles côté pile, et d’austérité incongrue côté face, en dit long sur la considération du gouvernement pour l’audiovisuel public. Cette diminution est à total contretemps des ambitions que doivent porter la télévision et la radio publiques dans le contexte d’une concurrence exacerbée par l’arrivée de nouveaux acteurs étrangers surpuissants.

Le Gouvernement affiche ainsi son dessein pour ce service public essentiel à notre démocratie : des ambitions au rabais qui empêcheront France Télévisions, Radio France, l’Ina… de répondre aux défis numériques auxquels ils sont confrontés.

Cette décision est une profonde erreur. Elle est un mauvais prélude à la loi sur l’audiovisuel qui se veut notamment un nouveau départ pour le service public. Annoncée depuis le début du quinquennat, cette loi semble avoir pour seule ambition de renforcer les groupes audiovisuels privés qui vont bénéficier de nouveaux avantages (3e coupure publicitaire, ouverture à de nouveaux secteurs…) aux dépens du secteur public.

Cette baisse accentue encore la pression sur la rémunération des auteurs et autrices qui font face à une offensive de certains groupes audiovisuels, y compris France Télévisions, pour réduire leurs droits d’auteur. Or ils ne sont pas la variable d’ajustement du secteur !

Dans ce contexte, la Scam dénonce vigoureusement cette politique d’économie qui ne sera pas sans conséquences sur la qualité des programmes et la création française et s’interroge sur le soutien qu’elle pourra apporter aux réformes en cours.

communiqué de la Scam – Paris, le 23 septembre 2019

Photo by Jonathan Brinkhorst on Unsplash

Post a Comment

Phasellus odio dolor. suscipit quis facilisis tristique luctus elementum