Pour le futur « président de l’Europe », le problème d’internet est considérable

Nicolas Sarkozy sur RTLNicolas Sarkozy souhaite la réunion d’Etats généraux de la presse écrite, radio et audiovisuelle pour trouver des solutions aux problèmes économiques de la presse, en favorisant le portage à domicile des journaux et en multipliant les points de vente, a-t-il indiqué mardi sur RTL.

« La démocratie ne peut fonctionner avec une presse qui serait en permanence au bord du précipice économique », a expliqué le chef de l’Etat, estimant notamment que le problème d’internet était « considérable ».

l’extrait audio :

[sc_embed_player_template1 fileurl= »http://www.observatoiredesmedias.com/imagesarticles/la-presse-etats-generaux-en-octobre-ok.mp3″]

« Il y a un gigantesque problème de distribution. Il faut aider la presse écrite à faire du portage à domicile qui créera des emplois et qui permette d’avoir son journal tôt le matin », a-t-il précisé. « Il faut également multiplier les points de vente de journaux parce qu’aujourd’hui, dans les grandes villes, pour trouver son journal, c’est un plein travail », a-t-il ajouté.

« Il y a un problème capitalistique et je souhaite avec l’ensemble des propriétaires et directeurs de journaux que nous puissions voir comment on peut rétablir un minimum de viabilité pour la presse », a-t-il poursuivi. « J’ajoute que le problème d’internet est considérable parce que comment voulez-vous que les gens achètent leurs journaux en kiosque s’il est gratuit sur internet », a dit M. Sarkozy.

La vidéo :

[brightcove 1574681031]

Nicolas Sarkozy a également catégoriquement exclu toute augmentation de la redevance audiovisuelle pour compenser la suppression annoncée de la publicité dans l’audiovisuel public, mardi sur RTL. « Non, je me suis engagé toujours à ce qu’il n’y ait pas d’augmentation de la redevance », a déclaré M. Sarkozy en réponse à une question.

Le président a rejeté l’éventualité d’une augmentation même modeste de la redevance. « C’est toujours comme ça en France, on commence par des augmentations de deux euros et puis comme on les fait chaque année à la fin ça fait plus de deux euros », s’est-il exclamé. « Moi, ma politique, c’est de diminuer l’Etat, de diminuer les prélèvements, de libérer le travail et de faire en sorte que les gens ne soient plus assommés de prélèvements supplémentaires (…) chacun a son idée pour faire un petit prélèvement de plus, je dis c’est non », a conclu Nicolas Sarkozy.

La Commission présidée par le chef du groupe UMP à l’Assemblée nationale Jean-François Copé a présenté la semaine dernière trois scénarios, « ni exclusifs, ni définitifs », pour assurer le financement de France Télévisions après la suppression de la publicité. Elle a évoqué l’augmentation de la redevance, l’instauration d’une taxe sur le chiffre d’affaires des opérateurs de téléphonie et des opérateurs d’accès à internet et une taxe d’environ 0,55% sur l’électronique grand public.

Post a Comment

sit felis adipiscing neque. ut risus.