Now Reading
François Bonnet se paye Matin Plus

François Bonnet se paye Matin Plus

 Matin Plus… vous connaissez? Vous ne prenez pas le métro? Ah oups, pardon, le nom a changé. Désormais c'est Direct Matin Plus. Avec un plus en tout petit. Sur le côté. Comme en transition avant de s'appeler Direct Matin, comme le "grand" frère Direct Soir.

Direct Matin? Monsieur Bolloré! Vous me donnez donc raison?

 Car il y a un peu plus d'un an, lorsque l'on se demandait encore quel allait être le nom du gratuit Bolloré/Le Monde, j'avais publié cette note ou j'affirmais que le nom du gratuit allait être Direct Matin, avant d'être contredit avec la sortie de Matin Plus. Mais pourquoi changer maintenant? Un peu bizarre, non? Les gens s'étaient habitués à ce nom… Est-ce à dire que peu importe le nom du produit, du moment que l'on place de la publicité à l'intérieur? On s'en moque, des lecteurs, tellement, que l'on peut leur donner n'importe quoi à manger?

L'Observatoire des médias avait déjà pas mal tapé sur ce gratuit, principalement parce que je ne supporte pas que l'on ne fasse pas paraître le nom des journalistes qui bossent pour ce canard. (lire Les journalistes fantômes de Matin Plus)

François BonnetAu début de ce projet, il y avait François Bonnet, du journal Le Monde, aujourd'hui chez Mediapart. Il était chargé par Le Monde de ce projet de gratuit. Avant d'abandonner le projet : “je me retire de ce projet et par la même occasion je quitte le groupe Le Monde parce que je suis en désaccord total avec ce qui s’avère in fine être un projet Bolloré et non plus un projet Bolloré/Le Monde”.

Un peu plus tard, François Bonnet tapait sur Direct Soir avec un "Direct Soir est le type même du journal qui ne sert à rien".

Aujourd'hui, le nouveau projet de François Bonnet et Edwy Plenel se développe. Et recrute. Ainsi dans La rédaction de MediaPart se renforce, François Bonnet souhaite la bienvenue à Michaël Hajdenberg et Stéphane Alliès, jeunes journalistes issus de 20 Minutes.

Citation (je me permets de mettre en gras certains passages) :

See Also

Englouties sous le flot continu de l'actualité, les rédactions de la plupart des grands sites web n'ont aujourd'hui guère les moyens de se distinguer. Elles ne sont d'ailleurs pas « calibrées » pour cela, mais pour éditer, mettre en scène, réactualiser au plus vite des contenus essentiellement fournis par les agences de presse. C'est ce qu'on appelle dans notre jargon un journalisme de « desk ». Un journalisme de « bureau » qui laisse peu de temps et peu de moyens pour tenter d'apporter une « plus-value » particulière. Celle-ci se limite bien souvent à une courte interview, un chat, une chronologie.

Nous ne critiquons nullement ces sites. Ils ont cette fonction très particulière d'offrir un service de base : le flux de l'actualité, vite, très vite. Notre projet est autre, tout simplement. Michaël Hajdenberg et Stéphane Alliès viennent de cet univers du très-vite et du tout-gratuit. Ils ont choisi de quitter le quotidien 20 minutes pour rejoindre MediaPart. Dans cette gamme des quotidiens gratuits, 20 minutes s'est distingué en sachant être réactif, original souvent, grand public enfin. Rien à voir avec Matin Plus, cet autre gratuit au service exclusif des intérêts industriels du groupe Bolloré, et qui utilise ses « unes » pour mieux soutenir certains engagements ou négociations en cours.

Vous avez bien lu, "au service exclusif des intérêts industriels du groupe Bolloré". On pardonnera à François Bonnet de ne pas citer le nouveau nom du gratuit de Bolloré. Ce n'est pas très important, ce nom, en fin de compte, puisqu'on peut le changer à loisir.

View Comments (0)

Laisser un commentaire