Now Reading
Le directoire et le conseil de surveillance du «nouveau» Libération

Le directoire et le conseil de surveillance du «nouveau» Libération

Avatar

À lire dans Libé ce matin , un "courrier" de Laurent Joffrin qui donne les noms des nouvelles têtes de Libération.

Le directoire "pour définir la stratégie de la nouvelle entreprise"

Laurent Joffrin, président du directoire.
Denis Pierrard, nouveau directeur général,
ex-directeur général du groupe IPM, éditeur de la DH et de La Libre Belgique, prend ses fonctions le 1er mars et succède à Philippe Clerget.

Denis Pierrard prend ses fonctions avec une réputation solide de dirigeant rigoureux. Il a accepté de nous accompagner dans cette période de défis où Libération retrouve peu à peu le chemin vers ses lecteurs. Denis va nous faire bénéficier de son savoir-faire. Il a déjà pérennisé les activités d'entreprises un temps fragilisées. Il continuera à Libération.


Le conseil de surveillance "
pour diriger [la nouvelle entreprise] au jour le jour"
11 membres :

Valérie Bernis directrice de la communication de Suez
Carlo Caracciolo deuxième actionnaire de Libération, ex-président de l'Espresso (la Republicca)
Vittorio De Filippis gérant de la Société civile des personnels de Libération
Bernard Guetta chroniqueur à France Inter et à la Republicca, ex-directeur de la rédaction du Nouvel Observateur
Guillaume Hannezo (vice-président du conseil) ex-directeur financier de Vivendi Universal et associé-gérant de la banque Rothschild
Bernard-Henri Lévy écrivain
François Le Hodey administrateur général de la Libre Belgique
Carlo Perone actionnaire du groupe de presse Mercurio
Edouard de Rothschild premier actionnaire de Libération
Agnès Touraine (présidente) ex-dirigeante de Vivendi Universal, et présidente d'un cabinet de conseil, elle représente les intérêts d'Edouard de Rothschild
Lionel Zinzou associé-gérant de la banque Rothschild

See Also

Des discussions serainet en cours concernant un représentant de la Société des lecteurs.


View Comments (2)
  • Le plus frappant dans ce Comité est l’absence de connaisseur de l’internet.
    Question :est-ce comme pour Le Monde, le site est rentable vs le quotidien papier qui ne l’est plus ?
    Bien à toi Gilles,

    Th

  • Non.

    Pas encore. J’espère pouvoir te donner des chiffres très bientôt.

    Bien entendu, les deux plans envisagés, celui de Plenel et celui de Joffrin prévoient une zone payante, « premium », avec des contenus riches, pour la prochaine version de Liberation.fr… sans cela, point de salut.

Laisser un commentaire