« L’Opinion » prend la défense de RT France

L’Opinion fait à son tour le tri entre bons et mauvais médias. Si ce billet commence ainsi c’est que l’article de ce matin de Cyril Lacarrière m’a surpris. Il y prend la défense du Calimero vert des médias « français », j’ai nommé RT France.

L’article est titré : « Twitter fait le tri entre bons et mauvais médias ».

À la base, l’info selon laquelle le réseau social américain qui partage aussi des fils d’actualité a décidé de faire le ménage, en empêchant que certains médias puissent faire de publicité sur la plateforme.

Le journaliste présente la chose ainsi : « Dans le viseur du réseau social, évidemment, la chaîne Russia Today financée par le Kremlin, et CCTV, la télévision publique chinoise, accusées de servir davantage d’organes de propagande que de véritables outils d’information ».

Après cette phrase, on ne saura pas ce que L’Opinion en pense, s’il est arrivé à RT France de diffuser de fausses informations ou pas. Mais le plus surprenant est la reprise de l’argumentaire déployé par la chaîne financée par le Kremlin :

« Mais quid toutefois de France Télévisions, France 24 ou Radio France, plus souvent présentés comme « médias publics » que « financés par l’Elysée » ? »

Interrogé par L’Observatoire des Médias, Cyril Lacarrière répond :

J'écris le papier ds le cadre où je trouve intéressant que Twitter décide de classer, trier les médias. Je trouve, moi, toujours intéressant la manière dont on présente RT France. On dit toujours qu'elle est « financée par le Kremlin ». Je trouvais un peu ironique qu'il ne viendrait à l'esprit de personne, de dire ``financée par l'Elysée`` en parlant d'une chaîne de France Télévision
Mardi 27 août 2019

Mardi 27 août 2019

Cyril Lacarrière, interrogé par L’Observatoire des Médias

L’air de rien, au téléphone, le journaliste de L’Opinion reprend à son compte les arguments que répètent sans cesse les dirigeants et les collaborateurs de la chaîne.

Dans son papier, Cyril Lacarrière va jusqu’à faire un parallèle avec la BBC :

« A en croire Twitter, ces groupes, tout comme la BBC en Angleterre et d’autres à travers le monde, sont tombés du bon côté du berceau. »

C'est du pur confusionnisme. Qu'un rubricard média ne parvienne pas à faire la différence entre RT et la BBC dépasse l'entendement. C'est pourtant notre métier que d'évaluer les sources et de les hiérarchiser, même quand elles sont de presse!
Mardi 27 août 2019

Mardi 27 août 2019

Un analyste des réseaux sociaux et de la désinformation, interrogé par L’Observatoire des Médias.

Pour étayer son article, le journaliste média de L’Opinion a contacté RT France, et la chaîne lui a envoyé un communiqué de la patronne, Xenia Fedorova. La citation contient les mots « juge » et « censure ».

 

Allez donc lire cette enquête de Vanity Fair sur RT France, dont voici un extrait :

Chez RT, il n’y a pas de despotes, seulement des dirigeants. En revanche, pour désigner l’opposition à Assad, les « rebelles » deviennent des « terroristes ». Et les Casques blancs, souvent considérés comme des humanitaires dans les médias traditionnels, sont présentés comme un « groupe controversé », au même titre que « le controversé Observatoire syrien des droits de l’homme »
Mercredi 19 juin 2019

Mercredi 19 juin 2019

Vanity Fair

Lire l’article

Post a Comment

sed felis vulputate, ut suscipit risus. elementum ut tempus ipsum