endimpunity_unesco-banner

Il faut faire plus pour assurer la sécurité des journalistes ! #ENDImpunity

endimpunity unesco 2 novembreL’Observatoire des Médias relaie la communication de L’Unesco à l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes.

Au cours de la dernière décennie, plus de 800 journalistes ont été tués pour avoir voulu couvrir des évènements et informer le public : en moyenne, c’est une mort par semaine. Dans neuf cas sur dix, les meurtriers restent impunis. L’impunité entraîne un plus grand nombre d’assassinats et représente souvent un facteur d’aggravation de conflit et d’effondrement des systèmes de droit et de justice. L’UNESCO met en garde contre les dommages causés par l’impunité sur des sociétés toutes entières en dissimulant de graves violations des droits de l’homme, la corruption et la criminalité. Les gouvernements, la société civile, les médias et ceux concernés par le respect de l’Etat de droit sont invités à se joindre aux efforts mondiaux pour mettre fin à l’impunité.

Lors de sa 68ème session, en 2013, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la Résolution A/RES/68/163, qui proclame le 2 novembre « Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes ». Cette résolution a exhorté les Etats Membres à mettre en place des mesures précises afin de lutter contre l’actuelle culture d’impunité. La date a été choisie en mémoire de l’assassinat de deux journalistes français au Mali le 2 novembre 2013.

Mise à jour de 9h44 :

Voici ce qu’a publié ce matin François Hollande sur Facebook, qui cite Ghislaine Dupont et Claude Verlon  :

Le 2 novembre 2013, il y a 3 ans, Ghislaine Dupont et Claude Verlon étaient lâchement assassinés près de Kidal, au Mali. Ils voulaient montrer ce pays en cours de réconciliation, donner la parole à ceux qui ne l'ont pas. Ils voulaient simplement faire leur travail de journalistes. Nous n'oublions par leur courage. Nous n'oublions pas leur famille, dont je partage la douleur et à qui j'exprime toute ma solidarité. La vérité doit être faite et c'est le rôle de la justice. Elle mène des investigations dans un contexte difficile et fait tout ce qui est possible pour répondre aux légitimes attentes des familles. En cette Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre les journalistes, souvenons-nous aussi de Gilles Jacquier, Rémi Ochlik, Yves Debay, Olivier Voisin, Camille Lepage. Souvenons-nous de Charlie Hebdo. La liberté de la presse est un de nos biens les plus précieux. Beaucoup de journalistes et photographes s’exposent pour nous livrer images et reportages qui nous permettent de savoir et donc de ne jamais fermer les yeux sur les horreurs et leurs responsables. C'est un combat que les journalistes mènent pour nous chaque jour, et ils méritent notre total soutien.