À quoi sert le scandale des Panama Papers ?

L’avalanche de notifications de l’application Le Monde étaient là pour l’appuyer, l’affaire des Panama Papers allait être retentissante. Dans le cercle fermé des « leaks », nouvelle catégorie médiatique en vogue, Panama Papers est celui de tous les superlatifs. Plus gros, plus grand, plus fort ; donc relayé et médiatisé bien au-delà de la sphère des 109 médias impliqués par le Consortium international des journalistes d’investigation. Une simple recherche dans Google Actualités pour « Panama Papers » donne jusqu’à 15 600 000 résultats. En plus d’être donné à voir comme un défi technique, – faisant ainsi l’objet d’articles pédagogiques, gage de transparence du travail des journalistes – l’affaire est présentée comme la plus grande fuite de l’histoire du journalisme.

Mais à quel titre ? Par l’indexation de l’importance du scandale sur la quantité de données récoltées (2 600 Go) ? Les révélations d’Edward Snowden – mineures si l’on compare la quantité de documents – sur les activités d’espionnage de la NSA ne sont-elles pas, par leur caractère soudain et inattendu, plus phénoménales et événementielles que la détention de comptes offshores par des personnalités que l’on sait déjà trempées dans d’autres « affaires » ? La médiatisation d’un tel scandal ne va pas sans poser questions.

Panama Papers : la validation d’un « déjà connu »

Platini, Poutine, Balkany, Cahuzac… Ces noms de famille, déjà largement médiatisés dans différentes affaires, se sont à nouveau retrouvés en haut de l’affiche médiatique à l’occasion des révélations des Panama Papers. Cette fois, ils se retrouvent sous la même bannière, un même scandale commun, celui des fichiers clients du cabinet d’avocat Mossack Fonseca, à Panama. En cela, les Panama Papers viennent appuyer ce que l’on sait déjà : le scandale alimente un « déjà connu » et cristallise quelque chose qui était encore (pour certains) de l’ordre du doute ; à savoir que les plus riches des citoyens possèdent et usent de privilèges. Ce faisant, ce n’est pas tant une révélation qu’une confirmation qui caractérise le scandale des Panama Papers, participant sans doute au large partage dont il fait l’objet. La force de ces derniers se trouve, pour partie, dans les fantasmes que nous nous faisons des puissants, ils y trouvent une forme de validation.

La possibilité d’une action politique

Alors que les informations divulguées par Julian Assange via Wikileaks touchaient pour certaines aux pratiques de l’armée américaine et aux relations diplomatiques interétatiques, celles d’Edward Snowden sur les agissements de la NSA touchent au quotidien numérique de la plupart des citoyens disposant d’un téléphone. Les questions de surveillance électronique, de l’interception et du stockage à notre insu de données multiples censées passer soit par des canaux sécurisés, soit rester dans le domaine du privé ont pris un tournant radical. Mais vraisemblablement, ce sont les milieux universitaire et militant qui ont pris acte des révélations des deux « lanceurs d’alerte » si l’en en croit le nombre de journées d’étude et colloques sur la surveillance numérique. Le milieu médiatique s’est, lui, rapidement lassé de la question – obligeant par ailleurs Edward Snowden à se créer un compte Twitter pour diffuser ses propres messages.

Les raisons de ce désintérêt progressif sont sans doute nombreuses, mais ce que l’on peut pointer ici, en le mettant désormais en miroir avec les Panama Papers, c’est l’absence d’une reprise par le politique des problèmes soulevés. De fait, les agissements de la NSA ne sont pas à la portée des États. Les relations diplomatiques internationales primant sur les droits les plus fondamentaux des citoyens – quel que soit leur pays -, le champ politique s’est révélé dans l’impasse d’une action (ou réaction) potentielle. Ferré dans des contraintes à la fois techniques (l’interception et le tri des données ne sont possibles que grâce à la mise à disposition de moyens financiers et techniques colossaux) et diplomatiques, les personnalités politiques, pourtant eux-mêmes victimes de l’espionnage, ont répondu au scandale par le silence.

Dans le cas des Panama Papers, le raisonnement se voir renversé. La force des révélations de ce « leak » semble venir des conséquences potentielles qu’il peut entrainer et non de leur caractère imprévisible. La segmentation par pays des rédactions mobilisées par le Consortium international des journalistes d’investigation, les résultats effectifs et quantifiables pour chaque territoire et les sanctions qui peuvent possiblement en découler permettent à l’événement d’accéder à la sortie du champ médiatique : il se retrouve à la portée de l’action politique.

Paradoxalement, cette sortie du champ médiatique permet à l’événement de se légitimer dans le milieu journalistique. Les articles publiés à la suite de révélations tendent vers un affichage des résultats des révélations plutôt qu’un approfondissement des données acquises.[1] Ces derniers n’ont plus pour objet le traitement des données récupérées, mais des effets produits par les révélations sur les processus démocratiques et les actions politiques. D’une certaine manière, le journalisme se montre en tant qu’il est performatif, dans la mesure où il engage des actions qui ne sont plus de son ressort.

Le journaliste redevient acteur de la démocratie

La figure du journaliste perdait de sa superbe au regard des affaires de ces dernières années. Moins médiateur entre une source et des publics qu’un « autorisant » au lanceur d’alerte à s’exprimer ; et effacé par les figures fortes et médiagéniques d’Edward Snowden ou Julian Assange, le journaliste redevient, avec les Panama Papers, l’acteur du dénouement démocratique, le participant à la résolution du problème qu’il a lui-même contribué à révéler.

Le « lanceur d’alerte » à l’origine de la fuite des Panama Papers a préféré l’anonymat. D’ailleurs, s’il est anonyme, redevient-il une source ou reste-t-il un lanceur d’alerte ? Si l’idée de « source » renvoie au fonctionnement parfois obscur des relations entre les journalistes et leurs fournisseurs d’informations (et aux raisons plus ou moins éthiques qui peuvent les pousser à entrer en dialogue avec les journalistes), le lanceur d’alerte, lui, œuvre d’office pour le « bien collectif » et prend le risque de s’exposer personnellement. Bien qu’il soit en réalité une source, l’expression « lanceur d’alerte » souligne l’effacement d’un intérêt personnel par les représailles dont il peut faire l’objet. Les journalistes, en médiatisant l’action du lanceur d’alerte tout en acceptant son anonymat, effacent les questions du simple rapport aux sources pour le désigner de fait comme un citoyen agissant de son propre chef et mettant ses intérêts personnels de côté au profit d’une action collective positive.

Le procès ouvert fin avril à Luxembourg des « Lux Leaks » illustre cette question de la sortie de l’anonymat et de l’exposition spectaculaire et instantanée qu’elle entraîne pour le citoyen lambda (et corrélativement la nécessité de leur protection). Toujours est-il qu’en préférant l’anonymat pour les Panama Papers, le lanceur d’alerte laisse cette part de secret qui autorise les instances journalistiques à se montrer, se rendre visibles en tant que médiateur entre cette source et les publics. Les journalistes redeviennent l’indispensable lien, se forgeant au passage une légitimité dans les processus de démocratie.

Les Panama Papers ravivent quelque chose du Watergate. Le glissement du suffixe « Gate » vers « Leaks » relève sans aucun doute du passage à une nouvelle génération de scandales désormais portés par des technologies numériques que les journalistes font montre d’avoir domptées. Tout comme le Watergate, le scandale des Panama Papers risque fort de devenir un mythe enseigné au sein des écoles de journalisme : il s’agit sans doute de l’aboutissement parfait de l’événement médiatique en cela qu’il ne sert pas tant une pseudo cause supérieure qu’il participe à la légitimation d’une catégorie socio-professionnelle dans son fonctionnement et son rôle. L’événement médiatique que sont les Panama Papers ne vient finalement que cristalliser et valider des doutes, donner de la matière à la critique des détenteurs de privilèges que l’on sait déjà en place. Mais, surtout, il contribue à la construction de l’identité journalistique et à l’imaginaire du « quatrième pouvoir ».

 

[1] Effet Panama Papers régularisations Bercy : http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/13/y-aura-t-il-un-effet-panama-papers-sur-les-regularisations-aupres-de-bercy_4901351_4890278.html

Parlement européen commission d’enquête : http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/13/panama-papers-le-parlement-europeen-devrait-mettre-en-place-une-commission-d-enquete_4901279_4890278.html

La société générale perquisitionnée : http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/10/panama-papers-la-societe-generale-a-ete-perquisitionnee-dans-la-semaine_4899546_4890278.html

Révélations et conséquences : http://www.lemonde.fr/panama-papers/visuel/2016/04/15/les-revelations-et-consequences-mondiales-des-panama-papers-en-carte_4903120_4890278.html

 

Post a Comment

Aliquam mattis dolor. tempus ipsum Phasellus Lorem libero in tristique