Quand le patron de Metro disait : « Nous devons faire du papier le meilleur du digital produit dans la journée »

UneMetroVoici la une du 1er numéro de Métro, lancé en France le 18 février 2002, avant qu’il ne se fasse racheter par TF1. Mais cela va devenir une pièce de musée. Désormais il restera le site web et les applications pour smartphones : le groupe TF1 vient d’annoncer via un communiqué qu’il compte arrêter la parution du quotidien gratuit Metro avec à la clé 60 suppressions de postes.

Comment passe-t-on d’un gratuit qui marche plutôt pas mal à un tout-smartphone dans le métro?

Les dirigeants du quotidien gratuit avaient, dès 2012, agité le chiffon rouge. À l’occasion d’un colloque sur les médias, avec son lot d’invités de marque, dont le boss de l’époque du quotidien Metro, Édouard Boccon-Gibod avait donné quelques pistes.

Voici ce qu’il y disait :

Mais le papier devait toujours exister :

Avec des détails sur la méthode :

 

Ce qui pouvait aussi être dit de cette façon :

 

Voici le communiqué que TF1 a envoyé, truffé de conditionnel :

Les partenaires sociaux de Publications Metro France ont été réunis ce jour par la direction, afin d’être informés d’un projet de réorganisation de l’entreprise.
 
Afin de faire face à la crise du marché publicitaire, qui frappe depuis plusieurs années et durablement Publications Metro France, l’entreprise se voit contrainte d’envisager un projet d’adaptation de son organisation. 
 
Ce projet impliquerait la cessation de la parution du journal Metronews sur papier et entraînerait la suppression de 60 postes. Le reclassement interne au sein du groupe TF1 sera privilégié, afin de réduire le nombre de licenciements.
 
Le groupe TF1 maintiendrait l’activité digitale avec l’objectif de développer les positions déjà acquises par la marque, capitalisant ainsi sur les investissements effectués dans ce domaine. 
 
Une prochaine réunion du Comité d’Entreprise se tiendra le mardi 26 mai 2015. Le plan d’accompagnement fera l’objet de négociations avec les partenaires sociaux dans les prochaines semaines.

Ce CE se réunira donc le 26 mai. Et le lendemain? et bien c’est Le Monde qui doit donner de ses nouvelles concernant son nouveau directeur.

En « couverture » un montage de ce que pourrait être la Une du site web s’ils y annonçaient la nouvelle.

1 Comment

Post a Comment

Praesent id leo. id ante. et, ipsum elementum efficitur. adipiscing