Rue89-Le_Monde_logo

Chronologie : le rachat du groupe Nouvel Observateur

Ecrit par Posté dans Presse

21 juin 2010

Dans le cadre de son projet de recapitalisation, le groupe Le Monde avait reçu deux offres fermes : celle du groupe SFA-PAR qui appartient à Claude Perdriel (propriétaire du magazine Nouvel Observateur) allié aux groupes Prisa et France Télécom (Orange), ainsi que celle de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse (désormais connus sous le nom de trio « BNP ») réunis au sein d’une société en commandite par actions, « Le Monde libre », dans laquelle ils posséderaient chacun un tiers du capital et des droits de vote.

28 juin 2010

Les rédactions du Groupe Le Monde votent à 90 % pour l’offre « BNP ». L’offre concurrente fut retirée.

21 septembre 2010

La SRM (Société des rédacteurs du Monde), actionnaire principal du groupe Le Monde, votent le principe d’une perte de contrôle du groupe par ses actionnaires salariés et internes (92 % des voix), et celui d’une augmentation de capital (91 % des voix).

22 septembre 2010

Le conseil de surveillance du « Monde et Partenaires associés » approuve la cession du contrôle du groupe au profit de la société « Le Monde Libre ».

30 septembre 2010

L’Autorité de la concurrence autorise définitivement la prise de contrôle du groupe Le Monde par Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse : les acquéreurs n’ont, « en matière de presse, que des intérêts limités dans la presse magazine (le magazine Têtu pour Pierre Bergé et Les Inrockuptibles pour Matthieu Pigasse) et l’exploitation de sites Internet », l’Autorité  estime que « l’opération ne posait aucun problème de concurrence ».

Mardi 2 novembre 2010

Cession effective du Groupe Le Monde. Louis Dreyfus, ancien directeur financier de La Provence, ancien directeur général de Libération, et ancien directeur général adjoint du groupe Nouvel Observateur qui assiste le projet du trio « BNP »  pour le volet financier. Le projet avait également reçu le soutien de Jacques Rosselin, fondateur de Courrier International, Canalweb et Vendredi comme conseil éditorial.

30 mars 2011

Patrick Fiole, le fondateur du NouvelObs.com, dont il a été le rédacteur en chef de 1999 à 2009, décède des suites d’un cancer. Il avait rejoint le Nouvel Observateur en 1997 après un passage à Stratégies et au Nouvel économiste.

Aurélien Viers, ancien rédacteur en chef de Citizenside (qui appartient désormais à l’AFP) est nommé rédacteur en chef du nouvelobs.com qui rassemblait en mars 2011 14,7 millions de visites (OJD).

Jeudi 5 mai 2011

Le Nouvel Observateur met en ligne une nouvelle maquette papier de son magazine, ainsi qu’une nouvelle présentation du site NouvelObs.com.

16 mai 2011

Parallèlement, « Le plus » est mis en ligne : un site participatif, dirigé par Aude Baron, ancienne responsable du pôle Web du Post.fr.

Jeudi 1er décembre 2011

Europe 1 met en ligne « Le Lab« .

Janvier 2012

Le groupe Nouvel Observateur rachète Rue89 pour 7,5 millions d’euros.

Janvier 2012

Un nouveau conseil de surveillance à Rue89 :
- Claude Perdriel, propriétaire du Groupe Le nouvel Observateur;
- Nathalie Colin, co-présidente du directoire du nouvel Observateur, et directrice générale du groupe Le nouvel observateur;
- Bernadette Michellon, co-mandataire de la holding SFA de Claude Perdriel.

25 Novembre 2013

Louis Dreyfus se photographie dans le Photomaton du Monde :

 

8 décembre 2013

Claude Perdriel  s’invite dans le studio vidéo du Figaro et annonce :

[…] je cherche, dès maintenant, un ou plusieurs actionnaires qui prennent une partie du capital, majoritaire ou minoritaire, du Nouvel Observateur. Je ne me retirerai pas complètement en tant qu’actionnaire, mais je serai moins exécutif compte tenu de mon âge. Il faut être clair, je ne suis pas en train de vendre le journal, je ne cherche pas d’argent personnel. Je cherche une ou plusieurs personnes qui, si possible, me ressemblent et qui puissent garantir l’indépendance éditoriale et la ligne politique sociale-démocrate du journal. Ces investisseurs pourraient participer à une augmentation de capital de 5 à 6 millions d’euros dans Le Nouvel Observateur, totalement assaini, afin de lui donner les moyens d’investir.

Et lorsqu’on lui demande si le trio « BNP » est sur les rangs, il répond, mais en ne citant que le nom de Xavier Niel :

Pourquoi pas. J’ai une grande admiration pour Xavier Niel et je suis reconnaissant pour ce qu’il a fait pour Le Monde. Je peux dire que Xavier Niel me ressemble, c’est un industriel amoureux de la presse. De plus, il est capable de mobiliser beaucoup de monde autour de lui, dont son ami Jacques-Antoine Granjon qui est aussi le mien. Un homme comme Jean-Louis Beffa (ancien patron de Saint-Gobain, ndlr) pourrait aussi fédérer autour de lui un groupe d’investisseurs.

7 janvier 2014

Libération publie sous la plume d’Isabelle Hanne un article affirmant que le patron de Free serait en «négociations exclusives» avec le propriétaire de l’hebdomadaire Claude Perdriel.

7 janvier 22h36

Les Echos sous la plume de Fabienne Schmitt publient un article intitulé « Xavier Niel futur patron du Nouvel Observateur ».

8 Janvier 2014

Le Figaro publie l’information selon laquelle c’est le trio BNP rachète le Goupe Nouvel Observateur.

9h09

Rue89 publie une vigie, qui mène vers un article des Echos qui reprend l’information :

VigieRue89

Isabelle Monnin, journaliste au Nouvel Observateur, fait cette photo, commentée par Louis Dreyfus sur Instagram :

Isabelle Monnin Retwitte le dernier article qu’elle a publié dans le magazine :

11h43

L’AFP publie l’information :

depecheAFP

 

Le Monde apporte une précision de taille sur la participation du B du BNP  :

Pourtant, le scénario évoqué d’une prise de contrôle par la société Le Monde libre – associant à parts égales Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, ainsi que l’espagnol Prisa –, actionnaire majoritaire du Monde, ne semblait pas acquis mercredi matin. S’il semble que MM. Niel et Pigasse poussent le projet, M. Bergé en revanche ne cache pas son opposition. Contacté à 9 heures par Le Monde, il affirme : « Je n’ai pas l’intention de le faire. »

13h07 : Les Echos modifient le titre de leur article qui devient : ‘Les actionnaires du « Monde » intéressés par un rachat du « Nouvel Observateur »’  et font cette citation d’un salarié :

« Dans cette affaire, l’homme clef des négociations pour Le Monde, c’est Xavier Niel. Claude Perdriel nous a dit qu’il n’avait rencontré ni Matthieu Pigasse, ni Pierre Bergé. Il a croisé Xavier Niel aux Maldives pendant les vacances de Noël où ils auraient trouvé un accord de principe. C’est ce qu’il a expliqué »

8 janvier 2014

Le sénat refuse de lever l’immunité de Serge Dassault.

Jeudi 9 janvier 10h33

« J’ai évolué depuis ce matin […] Je confirme que nous négocions avec Claude Perdriel et que nous prendrons des décisions courant février », déclare Pierre Bergé au Monde.

Que va devenir le Nouvel Observateur ? Télérama précise ce midi :

Pour l’instant, et tant que les nouveaux actionnaires ne sont pas propriétaires à 100 % du groupe, il n’est pas question que le Nouvel Observateur rejoigne le groupe Le Monde. Des synergies seront d’abord mises en places, sans doute publicitaires… Claude Perdriel devrait en dire plus vendredi 10, lors d’un conseil de surveillance.

 

Bookmark and Share
  • Aude Baron

    Petite précision : le Plus a officiellement été lancé le 16 mai 2011 et non le 5 mai :)

    • http://www.observatoiredesmedias.com Gilles BRUNO

      Merci Aude! je corrige!