les éclaireurs

Les Éclaireurs, pour le journalisme de paix

L’Observatoire des Médias a demandé à Clément Martinet de présenter un nouveau magazine en ligne dont il est le rédacteur en chef, Les Éclaireurs.

Nous sommes en guerre, paraît-il. Depuis que la terreur frappe à nos portes, la rhétorique guerrière s’est imposée partout où la pensée s’exprime : écrans, colonnes de journaux, hémicycles et amphithéâtres. La violence se fait écho, elle se parle à elle-même, comme la seule réponse audible et compréhensible à notre temps. À croire que la paix est un mythe, une fable édulcorée pour bourgeois-bohèmes.  C’est à la fois stupide et révoltant, le constat d’une défaite intellectuelle. La paix n’est pas une utopie, elle est un but inévitable, comme l’écrivait Victor Hugo. Elle est même un devoir de fidélité. À notre histoire, à notre mémoire, à notre héritage.

Ainsi, à l’aide d’une vingtaine de jeunes journalistes et étudiants de France et du Québec, nous avons fondé Les éclaireurs, un site d’information et d’opinion dans lequel nous promouvons le journalisme de paix. Nous n’inventons rien, cette ligne éditoriale a déjà été abordée par le passé à travers les écrits du politologue Johan Galtung, les photographies du reporter James Nachtwey et les articles d’Annabel McGoldrick. Il s’agit d’analyser les conflits -qu’ils soient sociaux, économiques, politiques et géopolitiques- et de les décrypter pour comprendre ses origines, d’abord, puis contribuer à les résoudre, ensuite. Nos reportages, éditoriaux et décryptages sont écrits sous un angle positif, qui favorise les initiatives non-violentes et les promoteurs de paix. Mais aussi de liberté individuelle, son garde-fou.

Tout cela car nous croyons en l’avenir, et que l’avenir appartient à ceux qui savent en parler. Jeunes, nous écrivons  avec l’envie de s’inscrire dans le temps long, bien que le présent s’apparente à un siècle de déloyauté, où le CDD s’impose comme la norme et où les relations humaines sont de plus en plus brèves. Nous avons fait le choix de mettre notre rancœur de côté pour promouvoir des valeurs nobles et des idées positives, qui renforcent notre jeunesse. Et nous le faisons avec le sourire, car le sourire n’empêche pas la révolte.

Notre vecteur est l’information car sa justesse apaise, et que la justice la suit de près. Informer sans céder aux on-dit, aux mal-dits et aux raccourcis. C’est pour cela que nous avons choisi de nommer notre site Les Eclaireurs ; nous ne voulons pas que la haine noircisse notre lumière.

 

Clément Martinet

Les Eclaireurs est une association 1901 depuis le 9 mai 2016 et fonctionne avec ses fonds propres.