Mots-clé : Agences

l’AFP n’a pas vocation ontologiquement à être une machine à cash

À lire dans le Monde cet après-midi, un Entretien avec Pierre Louette (président de l’Agence France-Presse) : « l’AFP n’a pas vocation ontologiquement à être une machine à cash ».

j’ai hâte.

Voici :

pierre-louette-le-monde.jpg

Rue89 fondé par Edwy Plenel

Sous ce titre provoquant se cache une information, provenant… de l’AFP.

Que les téléphones de Rue89 et de Médiapart ne se mettent pas à sonner, il s’agit d’une légende, attachée à une photographie, parvenue aux rédactions hier. Une coquille. Enfin, une bourde.

Tout commence par une étude publiée par Médiamétrie, dont on peut trouver le communiqué de presse ici.

L’ AFP produit une dépêche, avec une photo, une photo d’archives de Joel Saget, qui montre le site Rue89 sans son logo, puis une légende :

Un site d’informations sur internet, « Rue89 » fondé par Edwy Plenel

J’ai pu voir d’abord, via une alerte Google, la dépêche sur le site de AOL actualité (lien toujours actif)

et là, je me suis mis à chercher la dépêche un peu ailleurs sur la toile,

tout d’abord, vu que le matin j’avais rencontré les gens de Metro à une conférence, j’ai trouvé la dépêche sur leur site dans l’après-midi :

puis chez AFP-Google (lien toujours actif):

Un peu plus tard dans l’après-midi, Metro corrige le tir, en ne changeant pas la légende de la photo, ou la photo, mais en remplaçant la dépêche AFP par une dépêche RelaxNews:

Un peu plus tard, l’AFP crée une nouvelle dépêche, un vrai article sur le même sujet, en y attachant LA MÊME PHOTO MAL LEGENDÉE. (lien toujours actif…)

Et c’est sans fin, au gré des contrats AFP, les médias qui ne vérifient pas ce qu’ils ont mis en ligne sont nombreux, et très sérieux: La Tribune de Genève , ou 24 Heures, nos voisins. Mais pas seulement à l’étranger.

Les gratuits sont des canaux de diffusion de dépêches? Pas seulement. Le site de L’Express, ce vendredi à 18h40:

Au moment où Rue89 va lever des fonds et se développer, au moment où Médiapart va se lancer, cela m’a fait sourire.

Vous en voulez encore ?

Ne cherchez pas le journalisme dans la presse

Une étude de l'université de Cardiff (pdf) montre que 60% des articles des journaux de qualité et 34% des reportages télés proviennent principalement ou en totalité de dépêches ou de communiqués de presse. Les chiffres concernent le marché britannique, mais les journaux parisiens doivent s'y retrouver aussi.

PressGazette a recueilli les réactions au Daily Mail et chez The Independent : « Ah, mais non, nous on fait pas ça, ce sont les autres. » Courageux.

creditsToujours d'après l'étude, le peu de journalisme que produit la presse s'explique par une augmentation du nombre d'articles à produire par journaliste. Résultat, du personnel qualifié reste payé à faire du recopiage et à produire des articles médiocres. Tout le monde y perd, des journalistes qui n'ont pas le temps de faire le boulot proprement aux propriétaires qui se retrouvent avec des tonnes d'invendus.

Une fois de plus, cet exemple montre que le problème de la presse ne se limite pas à internet. Le web a simplement mis fin à l'oligopole qui leur assurait des marges indues.

L'arrivée de la concurrence, en ligne, met les médias traditionnels face à leurs contradictions. Le contenu qu'ils produisent n'est tout simplement pas compétitif.

Seul problème : changer de modèle et de mentalité (ça va prendre du temps, à lire ce témoignage chez Howard Owens) nécessite de l'argent. Beaucoup d'argent. Les papiers britanniques en ont encore un peu, avec des taux de profits proches de 10% (sauf pour le Times et l'Indy). En France, la tâche s'annonce plus ardue.

Et si Marcel s’était acheté ses vêtements au Brésil?

Etrange similitude entre les affiches presse de France 24 et les publicités pour le Diário de S. Paulo au Brésil. Les affiches françaises ont été réalisées par l'agence Marcel et les affiches brésiliennes par l'agence Dm9ddb.

Les affiches brésiliennes étaient disponibles sur le site The Ads of the World dès le 24 octobre dernier, et les visuels de France 24 ont été publiés par les bloggueurs sélectionnés par buzzparadize le 30 novembre.

Slogan pour le Diário de S. Paulo : "The newspaper that goes deeper"

Slogan pour France 24 : "Beyond the news"

cigarette

sports

afrique

atomique

hamburger

Reuters investit dans Pluck et offre la syndication de blogs avec BlogBurst

Reuters vient d'annoncer sa collaboration avec la société Pluck et sa plateforme BlogBurst, et va syndiquer et diffuser le contenu du réseau de blogs de la compagnie, qui a sélectionné un fil d'environ 3000 blogs. Le but est d'aider les médias traditionnels à varier leurs sources d'information avec d'autres points de vue. En tant que fournisseur de texte, d'images et de vidéos, Reuters choisit donc d'offrir le service Blogburst de Pluck à ses milliers de clients dans le monde.
Comme clients de BlogBurst, on trouve aux Etats-Unis The Washington Post, le groupe Gannett ou encore The San Francisco Chronicle. En Grande Bretagne, le service fait le lien entre les bloggueurs et le Guardian, par exemple.

Via cette prise de participation (à hauteur de 7 millions de Dollars), l'agence Reuters entre de plein pied dans le monde du réseau social, et commence la modification en profondeur du modèle économique de l'industrie des médias de l'information qui va de plus en plus recueillir ses informations auprès du producteur local: vous et moi, tout en continuant à miser sur les journalistes officiels pour les reportages et investigations de fond.

Ce que veut apporter Reuters avec ce nouveau service, c'est plus de commentaires, et un éventail d'opinions plus important. Reuters dit répondre à la demande en offrant ce service, et même pallier aux limitations que peut avoir le service traditionnel des dépêches d'agence.

Les dépêches d'agences sont par définition informatives, elles ne commentent pas. Ici, avec les billets remontés par Blogburst, les clients de Reuters auront accès aux opinions de la blogosphère.

Le service est déjà visible.

Il suffit de se rendre sur une des dans les rubriques Santé, Technologie ou Divertissement du site américain de Reuters. En bas de la page, vous trouverez des liens vers les billets les plus récents et les plus pertinents issu du réseau BlogBurst.

Exemple avec la rubrique "Technology". Voici les liens disponibles :

et lorsque l'on clique sur un lien, nous ne sommes pas redirigés vers le blog source, mais nous pouvons lire l'intégralité de l'article.

En dessous du titre, un lien vers le blog source, et en gris léger la mention :

"The following blog post is from an independent writer and is not connected with Reuters News. The opinions and views expressed herein are those of the author and are not endorsed by Reuters.com."

Assurément, le bloggueur vas obtenir un trafic bien plus important sur son site, lorsque les clients de BlogBurst vont aller voir à quoi ressemble le blog original de l'auteur.

Techcrunch commentait le service BlogBurst en février dernier, et titrait "BlogBurst pourrait sauver les Grands Media". Alors? Que va-t-il arriver en France?

Pour le moment, BlogBurst ne référence que des blogs écrits en anglais. Sur leur page de soumission, on peut lire : "Written in English. We're not global …. yet." Reuters France va-t-il s'associer avec un service français? L'AFP va-t-elle inaugurer un tel service en France?

Ainsi au delà de la visibilité plus importante, que va apporter aux bloggueurs le fait d'être relayés, cités par BlogBurst?

Et bien la nouveauté est la mise en place d'un service de compensation basé sur la position dans la lite des 100 bloggueurs les plus "performants". Selon Mashable :

"BlogBurst a réalisé que les 100 blogs en tête de leur classement généraient 79% des impressions de pages".

Le bloggueur classé en première position touchera ainsi 1500 $ pour les 4 derniers mois de l'année. Le deuxième touchera 1250$, avec des rétributions descendant jusqu'à 50$ pour les sites classés entre les positions 81 à 100.

Mais le phénomène n'est pas nouveau. Au moment où BlogBurst ne payait pas encore ses affiliés, Scoopt lançait Scoopt Words, qui avait au début mis en place un système de rétribution où le bloggueur était payé à 50% des revenus pour la première vente, et à 75% ensuite. Ils ont modifié il y a peu leur politique et payent désormais 75% chaque revente de contenu :

Sources : Reuters, Pluck

Ecrit par Commentaires fermés sur Reuters investit dans Pluck et offre la syndication de blogs avec BlogBurst Publié dans Actu Mots-clé ,