Now Reading
Lettre de mission à Albanel: « menace pour l’audiovisuel public »

Lettre de mission à Albanel: « menace pour l’audiovisuel public »

Avatar
Christine Albanel, photo DR
Christine Albanel, photo DR

Le syndicat SNJ-CGT estime que la lettre de mission du président de la République Nicolas Sarkozy à la ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel représente "une menace pour l'information et le service public de l'audiovisuel", dans un communiqué publié jeudi.

Cette lettre adressée le 1er août à la ministre, dans laquelle le président donne ses objectifs sur la culture et la presse, "porte en elle de multiples dangers pour l'information, le service public de l'audiovisuel et les journalistes", écrit le syndicat SNJ-CGT.

La lettre de mission contient selon le syndicat de "lourdes menaces" sur l'audiovisuel public puisque "rien n'est prévu pour amener la redevance au niveau moyen européen".

Alors que M. Sarkozy prévoit "un certain nombre de synergies importantes" au sein de France Télévisions, le SNJ-CGT affirme que "la rédaction nationale de la chaîne publique France 3 pourrait être la première visée par des mesures permettant de dégager des crédits, en limitant par exemple les reportages à l'étranger que France 2 pourrait effectuer".

"Il n'est pas interdit d'envisager un plan social à France Télévision, une restriction de son périmètre d'intervention, voire à terme la privatisation d'une chaîne", selon le syndicat.

Concernant l'audiovisuel extérieur, le SNJ-CGT s'inquiète du "schéma de réorganisation et de rationalisation des instruments de l'audiovisuel extérieur" demandé à Mme Albanel, estimant que les chaînes TV5, CFI, France 24, et les radios RFI et RMC Moyen-Orient sont "visées".

See Also

"Le libéral Sarkozy entend favoriser l'émergence de grands groupes privés", ajoute le SNJ-CGT, citant un extrait de la lettre de mission où M. Sarkozy souhaite "l'émergence de groupes de communication audiovisuelle français de premier plan".

Cela "ne vise qu'à mieux encadrer l'information et les pratiques culturelles des citoyens", conclut le syndicat.

(Avec AFP)

View Comment (1)
  • La principale menace pour l’audiovisuel public, c’est l’immobilisme. 3,5 milliards d’euros de budget (France 2, 3 et 5) pour un résultat pitoyable en terme de création ou d’information. Qu’est ce qu’on pourrait en faire de la bonne télé, de la vraie télé de service public avec tout cet argent ! Renforcer le service public, ce n’est pas lui donner plus d’argent. C’est lui donner plus de liberté et d’indépendance, par exemple en commençant par limiter la publicité au niveau existant sur France Inter ou France Info.

Laisser un commentaire