La fin des commentaires faciles

Haaretz - TalkbackIl fut un temps où les grands architectes des sites web avaient un unique but, le page view. Pour l’augmenter, ils développèrent les commentaires sous les articles. La technique était imparable, puisqu’il fallait charger une page pour en écrire un et une autre pour le lire. Pour peu que le commenteur ait voulu voir ce que répondaient les autres, et le PV du site s’envolait, entrainant avec lui les recettes publicitaires.

La technique a été mise au point par le Jerusalem Post. Dans une région pareille, les visiteurs avaient matière à argumenter. Le site se retrouvait vite avec des centaines de commentaires, donc des milliers de pages vues. Constatez-le vous-même avec un extrait des 350 commentaires d’un édito de Haaretz, sur votre droite.

Cette époque bénie, où les trolls verveux étaient invités sur des sites sérieux, est révolue, comme l’a écrit Patrice d’Arras. Désormais, les visiteurs vont devoir rester sur le site le plus longtemps possible. Autrement dit, il faudra leur faire lire les commentaires.

La tâche se complique pour les éditeurs web. Comment produire des commentaires qui ajoutent de la valeur aux articles ?

Rue89 a mis au point un système de notation des qui rehausse les commentaires les plus appréciés. Pourtant, deux mois après, certains articles se sont transformés en forums, avec leurs lots de trolls, de je-sais-touts et d’avanies. Du coup, celui qui avait quelque chose à dire se retrouve perdu au milieu du flot et passe inaperçu.

La modération à priori ressemble à une solution. Mais elle donne un pouvoir disproportionné aux modérateurs. Là où je travaille en ce moment, les quatre modératrices ont tendance à ne pas laisser de place aux voix qui s’éloignent de la ligne du journal. On comprend qu’elles préfèrent prendre le risque de ne pas publier de réponse pertinente plutôt que celui de se faire engueuler par les chefs.

En plus, les Français ne peuvent pas délocaliser la modération à Bangalore, ce qui amène le coût du com’ publié aux alentours de €1 (*). Est-ce qu’il les vaut ?

La BBC, qui domine largement son marché, n’a jamais introduit les commentaires dans les articles. Un exemple à suivre ?

* Avec comme variables un coût du travail à 10€ de l’heure, 80 com’ traités par heure et 10% de com’ publiés. Chiffres complètements aléatoires, j’en conviens.

3 Comments

  • Laurent Mauriac
    19 juillet 2007

    Je pense que vous exagérez un peu le phénomène des trolls sur Rue89. Il ne concerne qu’une minorité d’articles, toujours un peu sur les mêmes thèmes: 11 septembre, Moyen Orient… Ce qui n’empêche pas bien sûr, de réfléchir à une amélioration du système.
    Pour le reste, nous avons beaucoup de discussions d’un très bon niveau.
    Regardez par exemple, sur un sujet pourtant un peu polémique:
    http://www.rue89.com/2007/07/12/augmenter-les-frais-de-scolarite-pour-reduire-lechec-a-la-fac
    Notre système de « pliage » est pour l’instant un peu embryonnaire. Nous sommes cependant les premiers dans les sites d’info généralistes à faire une tentative dans ce sens. Nous allons le perfectionner à la rentrée.
    Enfin, nous nous refusons à sous-traiter la modération des commentaires, par pour une question de coût, mais parce qu’il nous semble que c’est faire fausse route journalistiquement. Nos journalistes ne considèrent pas qu’ils sont quitte après la publication de leurs articles. Au contraire, ils ne se contentent pas de lire les commentaires, ils interviennent dans la discussion qu’ils suscitent avec leurs informations. L’article commence alors une deuxième vie et nous observons que les échanges sont d’autant plus intéressants lorsque les auteurs s’impliquent.

  • Shoowjoitte
    28 novembre 2007

    Hi.
    Good design, who make it?

  • Uncoreown
    8 janvier 2008

    Cool design, great info!
    Top earring links!

Post a Comment

ipsum leo. venenatis neque. vel, ut porta. id, dolor Lorem