Mots-clé : design

Un Benchmark de la Presse En Ligne

Benoît Drouillat, designer interactif, présente ici un benchmark non-exhaustif de la presse en ligne (essentiellement américaine), structuré autour de quelques problématiques fréquemment rencontrées.

Tf1.fr, nouvelle version du site

Le site de TF1, TF1.fr, fait peau neuve avec une nouvelle maquette. La voici ci-dessous, après un interessant teasing lu sur le journaldugeek, et une interruption de service du site qui a commencée vers minuit, avec cette page d’attente… la nouvelle version est en ligne depuis ce jeudi 16 avril midi !

tf1-homepage

ˆ La home Page (apercu du CP de la veille)

Les problématiques évidentes

Avec l’un des sites traditionnellement les plus mainstream, la refonte du site tf1.fr s’avère toujours être un révélateur de l’accueil et de l’enthousiasme fait aux nouvelles technologies et fonctionnalités propres au web. Avec une lourde responsabilité, celle de porter les tendances, dans un goût du risque et d’une culture ouverte à la nouveauté… ou de les fuir, dans un souci de rationalisation et de culture du risque, propres aux grandes sociétés multinationales.

Ce site, c’est d’abord un monstre ! Un monstre de contenu dans lequel on peut rapidement se retrouver débordé, si la zone de navigation est trop rebutante, par exemple. Ensuite, une autre difficulté consiste à séduire les jeunes internautes, friands de nouvelles technologies, tout en permettant aux telespectateurs moins jeunes, de taper sur son clavier d’ordinateur la bonne adresse avec le bon sous-domaine : TF1, c’est près de 50 sous domaines actifs et 1.5 million de pages référencées dans Google !

Les réponses

Tf1.fr se cherche parmi trois ‘angles’ du web : le web social (utilisation de facebook, forums, partage de vidéos), le web de l’information (rubrique actualité), et le web documentaire (rubriques plus corporate). À la manière des sites US (voir juste après ce §), les medias TV foncent tous, les uns a la suite des autres, vers une consolidation de la fonction servicielle de leur site. Pour mieux faire passer les budgets, et la pilule aux financiers, rien de mieux que de présenter le site comme un complément naturel du media traditionnel qui se positionne en media dominant.

primetime-tv

Dans cet aperçu, comparons l’ancienne version et la nouvelle, en constatant finalement que la partie du web social, en orange, devient de plus en plus présente sur le site, au détriment de l’info (en vert), qui se maintient toutefois dans les premiers écran, mais sous les grands bandeaux annonçant les programmes ‘primetime’. La publicité (en violet) est moins présente en homepage, ce qui est à saluer.

tf1fr-zoning

Avec ce nouveau site, l’orientation est clairement affichée de prendre le parti d’une fourniture de contenus vidéos ‘Catch Up TV‘ en streaming HD. L’occasion de canaliser une partie de l’audience générée à l’extérieur de tf1.fr, sur les sites concurrents distributeurs de contenus, c-a-d Dailymotion ou Youtube, les internautes concurrents et friands de ‘morceaux choisis’, tels que ceux que nous concocte régulièrement le fameux ‘chien du web’ FullHDReady, mais aussi aux concurrents indirects tels que les utilisateurs équipés de boitiers TNT avec encodeur comme on en trouve chez Elgato.

Une maquette peut parfois révéler des problèmes en interne

Je ne connais aucun des secrets en interne, mais, comme je le dis souvent, la maquette affiche souvent publiquement ce qui se trame dans les sphères internes. Le portail de TF1 affichait, il ya encore quelques années, un manque de cohésion et d’unité quant à son zoning en homepage. On se souvient des lopins de terre affectés à chaque service, on devine facilement le niveau de compétition interne afin de déterminer les positions hautes sur la page, entre actu, émissions, régie pub. Tous ces aspects, dont Étienne Mineur se régalait de présenter, semble faire de plus en plus partie du passé du site de TF1. Et, dans cette logique, on s’attend à un éloignement de ces zonings chaotiques. Un progrès a déjà été accompli lorsque l’on voit la hauteur de scroll de la page, avec une vraie volonté de vouloir la raccourcir et d’aller à l’essentiel. Le concept du portail fourre-tout arriverait-il à sa fin sur les sites médias ?

portail-de-la-honte

ˆ Revival de la maquette de tf1.fr et lci.fr, vu sur le blog d’Étienne Mineur, my-os.net

Une nécessaire interaction TV + Web.. et le physique dans tout ça ?

Avec les nouveaux usages du web par les jeunes, qui consomment souvent le web et la télé dans le même temps, rien de mieux que de proposer à ces jeunes davantage, qu’une participation dissociée entre l’activité à l’écran et l’activité en ligne.. Avec la superbe prestation de CNN.com avec l’intronisation de Barack Obama sur Facebook et sur CNN.com, l’interaction est possible, l’audience TV, un peu mieux qualifiée. On pourrait imaginer gérer une partie du CRM de la chaîne via le web. Les exemples d’évenement web+physique+tv existent déjà en France, comme les participations d’internautes à commenter une émission de TF1, Confessions Intimes, tout en jouant au Bingo

tf1-facebook-live-feed

Le mobile

Les developpement du site, ont également portés sur les pendant mobiles, avec un site mobile, ainsi qu’une application iPhone plus concentrée sur les contenus vidéos. Avec l’arrivée de l’application Orange TV, et du pré-installé iTunes ou Youtube, la concurrence est également rude dans ce secteur.

Gabriel Jorby

Slate.fr mal inspiré en design?

Lorsque Slate.fr est sorti, j’ai été, comme beaucoup d’observateurs, assez déçu par leur design. On se demandait pourquoi la version française ne collait pas davantage à la version US, qui graphiquement tient la route. Non pas qu’il ne soit pas de bon ton de se démarquer, mais on se mettait à vouloir la maquette française se rapprocher de la maquette US tant la française décevait. Je vous renvoie vers l’article détaillé de Gabyu qui cite entre autre la non utilisation de la languette à 45°.

J’ai été encore plus surpris lorsque j’ai lu chez Annick Rivoire que Stéphane Jungers était de la partie :

La campagne de lancement se fera quand on sera opérationnels. La maquette, signée Stéphane Jungers sur une base Drupal (un système de publication de contenus libre, ndlr), est bien sûr évolutive.

Stéphane Jungers, infographiste de talent,  a été pendant plusieurs années responsable du service infographie de Libération, où officiait également Johan Hufnagel (un des fondateurs de Slate.fr), avant que Johan Hufnagel ne dirige l’infographie avant de travailler au web de Libé. C’était l’époque où l’infographie était créée à Libération et non par une agence, où elle pouvait s’offrir de belles doubles pages.

Alors, oui, c’est vrai, je n’ai pas vraiment vu un grand souffle de créativité arriver sur Slate.fr. On reconnait la patte de Stéphane J. dans les petits pictogrammes, mais là où je ne comprends plus rien c’est quand je vois le relativement nouveau module « Ici et ailleurs« .

Au gré de ma navigation, je visite thedailybeast.com, et je vois leur « Cheat Sheet« , et je me dis… que j’ai déjà vu cela quelque part. Et pour cause. Cela me paraît flagrant :

Slate.fr se serait-il inspiré de son confrère américain? Mais pourquoi donc aller chercher ces codes graphiques ailleurs? Pourquoi ne pas garder une unité avec la version américaine Slate.com, tout en innovant, mais en restant original? D’autant plus que ce petit triangle dirigé vers le bas est utilisé partout, chez thedailybeast.com.

Vite! de nouvelles CSS pour Slate.fr!