fillon-buisson

Ariane Chemin : « Buisson méprisait Fillon. Comme Sarkozy. C’est le baiser qui tue… »

Voici ce que disait Ariane Chemin du journal Le Monde sur Patrick Buisson chez Europe 1 fin octobre : « il n’y a plus aucune candidature qui correspond à ce qu’il pense et à ce qu’il croit ». Avec les nouveaux ralliements à François Fillon, vainqueur du premier tour de la primaire « de la droite et du centre », force est de constater que les choses ont peut-être changé.

Ce jeudi 24 novembre, jour du débat du deuxième tour de la primaire « de la droite et du centre », Europe 1, le journaliste David Doukhan d’Europe 1 a tendu son micro à Patrick Buisson, malgré la mise en examen du personnage.

Conseiller de l’ombre de Nicolas Sarkozy, désigné comme étant à l’origine notamment du virage à droite de la campagne de 2012 du candidat de l’UMP, l’ancien rédacteur en chef de Minute se félicite du succès de François Fillon au premier tour de la primaire de la droite et du centre, et prédit sa victoire dimanche:

On assiste à ce que j’appelle, la révolution conservatrice. C’est le mot de Napoléon à ses ministres : ‘N’ayez pas peur du peuple, il est encore plus conservateur que vous' », soutient Patrick Buisson. « C’est en cela que Juppé, qui s’est fait le porte-parole de la modernité, tient un discours absolument ringard. Il ne se rend pas compte que cette révolution conservatrice est partout à l’œuvre dans la société occidentale.

Fillon a fait une campagne qui, à sa manière – moins triviale, moins brutale que celle de Sarkozy -, était une campagne de transgression des tabous. Maurice Druon avait l’habitude de dire qu’en France, il y a deux partis de gauche dont l’un s’appelle la droite. C’est cette anomalie française qui est en train de prendre fin. Fillon assume une droite conservatrice.

Juppé sera très probablement battu dimanche soir […] Il représentait cette tradition de cette droite qui ne s’assume pas. Cette hypothèque qui pesait sur la droite est en train de sauter et c’est en cela que, dans l’histoire des idées, c’est un moment historique

L’Observatoire des Médias a demandé à Ariane Chemin son sentiment. Pour la journaliste, « il est partout, il rebondit toujours, alors qu’il est mis en examen et qu’il a enregistré un président à son insu. Buisson se recycle toujours c’est sidérant. »

Interrogée sur un probable ralliement, la grand reporter du Monde poursuit : « La vérité, c’est qu’il méprisait Fillon. Comme Sarkozy. Mais sa haine de Sarkozy est aujourd’hui telle qu’il trouve des vertus à Fillon, alors que Buisson est tout sauf un libéral. Il est vrai que sur les valeurs et le côté France des clochers il s’y retrouve sans doute. » avant de conclure :« C’est le baiser qui tue… Mais Fillon ne sera pas assez sot pour le prendre comme conseiller! »

Grâce à Europe1, Buisson est à nouveau sous les projecteurs médiatiques. Comme le dit Ariane Chemin, « le voilà maintenant intronise expert es primaires/présidentielle!»

Et si on le laissait aux oubliettes de sa chaîne Histoire?