Mots-clé : Gauche

HuffPost : Pourquoi la gauche soutient-elle la non-rémunération des blogueurs ?

Ecrit par 25 commentaires Posté dans Actu, En Une, Journalisme, Web

Le Huffington Post est-il menacé avant même de naître hors des États-Unis. Au Québec, le site qui doit arriver sur la toile début  2012, fait face à plusieurs critiques. Des personnalités, étiquetées politiquement figurent sur la liste des contributeurs, mais c’est la question de la rémunération qui pose problème. Les blogueurs devront  délivrer gratuitement leurs contenus au site hébergé par le géant America Online (AOL). La société de services internet, influente dans l’économie américaine, a racheté le « Huff » pour 315 millions de dollars en février 2011. Aujourd’hui, la non-rémunération des blogueurs semble n’être destinée qu’à accroître les bénéfices.

Pigasse et Sinclair au service d’AOL ?


Anne Sinclair devant la Maison Blanche. (Source)

On sait désormais qu’ Anne Sinclair, madame Strauss-Kahn, sera la directrice éditoriale de la version française du Huffington Post. La nouvelle a surpris dans le monde médiatique, sans pour autant créer de vraie polémique. L’édition dont les premiers contenus devaient être mis en ligne en novembre, verra le jour début 2012. Nos confrères de Rue89 se sont procurés le mail envoyé depuis quelque jours par Anne Sinclair pour recruter les blogueurs. « Ces contributions ne seront pas rémunérées et seront l’équivalent de colonnes publiées dans d’autres médias. Mais nous leur donnerons la plus grande visibilité possible, grâce je l’espère, à la force de frappe du Huffington Post», écrit la journaliste. Les internautes accueillent mal la façon de faire: « Ni EDF, ni France télécoms ne vous acquittent de vos factures avec la notoriété, même si elle est grande », répond Pierre Serisier, journaliste, blogueur pour le monde.fr. De son côté, Roland Pavot (GdeC), blogueur indépendant, regrette que ses collègues soient « attirés par leur excès d’orgueil et leur besoin de reconnaissance ». Sa principale crainte, en plus d’une « exploitation des compétences à des fins d’enrichissement » du site, est la perte de la liberté d’expression des auteurs. Ce qui choque ailleurs, ne pourrait-il pas nous concerner aussi ? La version québécoise est pointée du doigt car elle s’apprête à faire travailler gratuitement des personnalités politiques de gauche. Des adversaires du profit des multinationales qui font du bénévolat pour AOL, la nouvelle peut surprendre. En France, le problème est le même : l’épouse d’un socialiste emblématique prône ce mode de fonctionnement. Même interrogation concernant Matthieu Pigasse, l’un des actionnaires majoritaires du Monde et président des Inrocks. Ces deux médias sont à l’origine de l’arrivée du « Huff » dans l’hexagone. Pigasse est donc l’un des ouvriers majeurs du site d’information. Mais il est surtout très proche de la gauche française. Longtemps conseiller de DSK, puis de Laurent Fabius, cet ancien de Science Po ne cache pas son soutien au Parti socialiste.

Les « experts » bénévoles

Dans son mail aux blogueurs, Anne Sinclair précise qu’il faut des « experts », histoire d’assurer un bon nombre de visite. Aux Etats-Unis, le « Huff » a fait son succès sur ce modèle éditorial. En France et au Québec, la proposition a plus de mal à se faire accepter. Il y a quelques jours, le site canadien projetj.ca révélait la liste de huit blogueurs ayant accepté d’offrir leur contribution au Huffington Post local. Parmi eux, trois noms font tâche : Amir Khadir, député de Québec solidaire (ancré à gauche) et la porte parole du parti, Françoise David. Le fondateur d’une organisation écologiste, Steven Guibeaut, apparaît également parmi les blogueurs « experts » et bénévoles. L’idéologie de gauche, en France et au Canada, ne serait-elle plus ce qu’elle était ? Est-ce devenu normal pour eux de travailler bénévolement pour accroître le profit d’une multinationale ? «Mon porte-parole a donné son accord de principe pour la reprise de mes textes qui sont déjà diffusés sur le Web », répondait Françoise David au site ledevoir.com. Les blogueurs québécois arguent que cela leur permet de défendre leurs idées en étant lu par un plus grand nombre. Aux Etats-Unis, le Huffington Post génère plus de 25 millions de visiteurs uniques par mois. AOL enregistre des bénéfices importants et, en France, le site sera soutenu par Les Inrockuptibles et le Monde, deux journaux gérés par des hommes d’affaire. Le mode de rémunération des blogueurs est un éternel débat…

Anthony Rivat

Anthony Rivat est est en Licence Webjournalisme à Metz.

Toujours sur le Huffington Post France, lire l’article de Jean-Marie Charon sur L’Observatoire des Médias, qui concluait ainsi :

[…]A moins que ce soit encore une tentative de plus pour profiter sans la rémunérer de l’activité des journalistes et de la frange du public le plus contributif.

Bookmark and Share